Le top 20 des spécialités culinaires colombiennes à goûter absolument !

Ou pas … Et en tout cas pas toutes en même temps …

 

Voir aussi l’article précédent : La Colombie, la gastronomie et moi

 

Malgré tout le mal que j’ai dit sur le plat du jour colombien dans l’article précédent hihi , je ne voulais pas abandonner mon idée de top 20 des spécialités culinaires colombiennes à goûter absolument!

Pensez-vous ! Pour une fois que je tiens un titre d’article accrocheur qui fera remonter mon blog dans les algorithmes de Google et appâtera tous les drogués de bouffe de la planète ! L’occasion est trop belle hihi. D’ailleurs, c’est grâce à lui que je vous ai ferré, non ?! 

Reste le problème d’établir une espèce de sorte de classement qui fasse crédible … En bonne universitaire, il me fallait une méthodologie béton. Après des heures, voire des jours de réflexion, et à l’unanimité avec moi-même, j’ai donc choisi la totale subjectivité. Mais, vous allez voir que malgré ce choix, les choses sont moins simples qu’il n’y paraît !

 

Remarque n° 1 : pour une fois, j’ai emprunté beaucoup de photos à d’autres sites internet : je ne pouvais pas manger tout ça en une semaine pour servir la cause de cet article !!!! C’était juste une question de vie ou de mort hihi

Remarque n° 2 – Avertissement : cet article contient des images susceptibles de heurter la sensibilité des vegans et des végétariens 😉

Remarque n° 3 – Ennemis du gluten, la Colombie est faite pour vous car tous les plats sont gluten free

 

 

Les frijoles et tous les plats en dérivant !

 

Je voulais commencer mon énumération par le roi des plats de notre région : la bandeja paisa. Et puis, je me suis dit que je ne pouvais pas l’évoquer sans parler aussi de la bandeja (tout court) ou de la cazuela , dans la mesure où tous ont pour point commun le frijol !  Alors … autant commencer par lui et développer ensuite hihi

 

Mais, qu’est-ce qu’un frijol, me demanderez-vous  ? C’est un haricot rouge, un fayot colombien pour vous imager le truc… Aussi petit et indigeste soit-il  (je ne vous fais pas de dessin sur les effets gazeux de ces minuscules choses), le frijol et ses copains les frijoles constituent la base de toute alimentation colombienne qui se respecte. Et, vous allez voir, ils sont pratiques à cuisiner et donc à décliner en de multiples versions !

 

1 – La sopita de frijoles 

 

Notez bien que j’ai employé l’euphémisme sopita à la place du mot sopa (donc petite soupe de fayots rouges) pour la désigner. De la sorte, on pourrait croire que c’est plus léger ! Mais, gnarf, gnarf, il n’en est rien une fois dans l’estomac.

 

La sopita de frijoles, best of parmi les best of de tous les restos colombiens, se cuisine facilement. Tu peux (au choix) ouvrir une boîte de conserve de soupe toute préparée ou faire cuire des haricots rouges dans une sauces épaisse et plutôt sucrée à base d’oignons, de tomates et autres condiments.

 

Une fois cuite, ça ressemble à ça :

 

Sopa de frijoles et sa recette : http://elgourmet.com/receta/sopa-de-frijol-negro-salsa-de-tomate-y-cuajada-5

 

Bon, imaginons à présent, que vous en ayez fait des tonnes et que vous n’en puissiez plus de vous goinfrer de soupe. Pas de souci !!! Vous prolongez un peu sa cuisson pour que le jus s’évapore et vous recyclez vos frijoles !

 

 2- La bandeja 

 

Déplaçons à présent nos frijoles de leur bol jusqu’à une grande assiette  creuse. Comme ils se sentent seuls et un peu tristes, ajoutons à côté du riz, de l’avocat, une banane plantain frite et une semelle de res, cerdo, pollo, chicharron o chorizo. Complétons le tout avec une petite arepa (galette de maïs, sur laquelle je reviendrai plus longuement). Et voilà ! Le tour est joué ! Vous avec une bandeja

 

3- La bandeja paisa 

 

Souvenez-vous de mes menus dans l’article précédent ! On dirait qu’il y a plein de choses différentes à se mettre sous la dent dans un resto colombien ! C’est vrai, mais ils trichent un peu !

 

Exemple, avec la bandeja paisa qui n’est qu’une déclinaison plus copieuse de la bandeja. Supposons que la bandeja vous paraisse un peu trop légère compte tenu de votre appétit d’oiseau, alors jetez votre dévolu sur sa soeur la bandeja paisa ! C’est la même chose à laquelle le restaurateur rajoutera un chicharron, un chorizo, de la viande hachée, un oeuf frit et éventuellement un patacon (plantain aplatie et frite) ! Très très roboratif !

 

 

Bandeja paisa et le lien vers sa recette : http://platostipicoscololmbianos.blogspot.com/p/bandeja-paisa.html

 

 

4- La cazuela (sous-entendu de frijoles, en Antioquia)

 

Cette fois, vous en avez ras-le-bol des fayots et des plats pour montagnards, alors vous optez pour une « cazuela« . Vous avez vu passer le serveur avec une petite marmite individuelle fumante recouverte d’un joli couvercle, et le plat en question vous a paru visuellement plus léger à ingurgiter.

 

Erreur de débutant. Quand vous ôtez à votre tour le mignon petit couvercle, vous découvrez avec stupeur que la cazuela n’est rien d’autre qu’une soupe de frijoles épaissie, dans laquelle baignent … des cubes de viande, de chorizo, de chicharron et de bananes plantain hihi ! Et voilà ! Vous vous êtes fait rouler dans la farine de haricots hihi 

 

 

cazuela-de-frijoles et sa recette : https://www.colombia.com/gastronomia/asi-sabe-colombia/cazuela-de-frijoles-206445

 

 

 

Le sancocho 

 

Bon, y a pas que les fayots dans la vie ! Une autre spécialité colombienne en apparence plus légère s’appelle le sancocho. Et comme les frijoles, elle peut se décliner en plein de sous-recettes. Regardez plutôt !

 

 5 – Le sancocho de galina

 

Alors, le sancocho, c’est un plat entre la soupe et la poule au pot. Perso j’aime bien !

 

Faites cuire une poule dans un bouillon avec des patates, du manioc, du maïs et de la plantain verte. Dans un grand bol, servez une patte de poule, un morceau de plantain, de manioc, de maïs et de patate. Arrosez du bouillon de cuisson et parsemez de coriandre fraîche. Mais ! Attention, comme c’est light, complétez par une seconde assiette à côté. Dans cette dernière, vous disposerez une banane fruit, du riz, un avocat, de la laitue-iceberg-rapée et une arepa

 

 

Sancocho-de-gallina et sa recette : https://www.colombia.com/gastronomia/asi-sabe-colombia/sopas/sdi140/16219/sancocho-de-gallina

 

N’oublions pas que le sancocho est plutôt un plat de fin de semaine, surtout si vous voulez le déguster au resto. C’est aussi le plat servi pour le repas de Noël !

 

6- Le sancocho de res

 

Même chose mais avec du boeuf, genre pot-au-feu.

 

7- Le sancocho de robalo

 

Même chose avec du poisson !

Vous voyez comment on parvient à remplir à bon compte une carte de resto colombien hihi ?

 

8- L’ajiaco

 

Moins courant dans notre région que vers Bogota, mais ça reste quand même basé sur un principe équivalent au sancocho : un bouillon, de la poule en morceaux, des patates, du maïs, des carottes et une herbe aromatique appelée guasca.

 

 

Ajiaco et sa recette : https://blog.homeaway.com.co/cultura-colombiana-platos-tipicos-2/

 

 

 Le poisson frit

 

Eh oui ! Les colombiens aiment bien le poisson frit (9), le plus souvent la truite, le tilapia ou le robalo (quand on se trouve en régions andines). Il est toujours servi sans l’arrête centrale, bien ouvert et bien aplati (et souvent trop cuit) !

 

 

La truite plate et sa recette : https://www.elpopular.pe/series/receta-popular/2015-09-23-trucha-frita

 

Le lechona

 

Alors, le lechona (10) n’est pas un plat très répandu. Il est originaire du Tolima. Il faut vraiment aller dans des restos spécialisés pour le déguster. C’est vraiment mon plat colombien préféré quand il n’est pas trop salé. Il mêle la chaire et les abats d’un cochon de lait avec du riz (même si ce dernier ne fait pas partie de la recette originale). On le déguste avec la peau du cochon rôti.

 

 

 

 

 Les abats ou assimilés

 

Vous l’avez compris, la Colombie n’est ni un pays de végétariens, ni un pays de vegans ! Si les villages touristiques comme Guatapé ont bien compris l’intérêt d’attirer cette clientèle en ouvrant des restos leur étant consacrés, ailleurs difficile d’échapper aux produits animaux !

 

Très logiquement, on mange donc des abats en Colombie !

 

11  – La morcilla

 

Il s’agit tout simplement de boudin noir farci de riz ! Je ne sais pas dire si je lui préfère le boudin français ou pas. L’avantage du riz est qu’il rend la chose un peu moins écoeurante à mon goût ! Notez quand même une autre nuance : en Colombie, pas question de boudin aux pommes ! On lui préfère le boudin-banane plantain hihi

 

 

La morcilla, sa plantain, son arepa et sa laitue iceberg arrosée de sauce aigre-douce

 

 

 12- Le mondongo

 

J’adore les soupes et il y a une vraie tradition colombienne de la soupe ! Mais la première fois que j’ai goûté à celle-ci sans savoir quels étaient ses ingrédients, j’ai failli mourir vomir refiler mon assiette à un voisin compatissant. En effet, il s’agit d’une soupe aux tripes ! Punaise, ça m’a rappelé mes expériences douteuses avec les pieds-paquets marseillais que je déteste ! Et le pire, c’est que les morceaux de tripes étaient bien cachés dans la soupe, pas comme sur la photo. Bon, une soupe à réserver seulement aux amateurs hihi

 

 

Le mondongo et sa recette : https://rumbameats.com/es/recipe/mondongo/

 

 

13- Le chicharroncito 

 

J’emploie ici volontairement l’euphémisme de chicharroncito plutôt que le mot chicharron, comme le font les colombiens de mon pueblo. A croire que ça le rend moins gras, moins lourd à digérer et moins calorique hihi !

 

Le chicharron ce n’est jamais que le gras du cochon, dans lequel peut s’enserrer un peu de viande et que l’on te sert frit dans son propre gras !

 

 

Le chicharron et sa recette : https://www.sweetysalado.com/2015/05/chicharron-colombiano.html

 

 

Dit comme ça, ça peut paraître moyen, mais au goût, c’est plutôt bon. En revanche, dans l’estomac, c’est plutôt lourdisimo. Pourtant, il s’agit d’un aliment de base pour les antioqueños qui n’hésitent pas à affirmer que  » sin chicharrones no hay paraiso ! » (sans chicharron, le paradis n’existe pas !) ! On trouve d’ailleurs plein d’articles sur le net vantant les vertus pour la santé du gras de porc frit ! Ce qui n’est pas forcément de l’avis du prof de sport de mon fils qui recommande aux enfants pesant 60 kgs pour 1.30 m de lever un peu le pied sur le chicharroncito s’ils veulent avancer plus vite avec leur bicross. Comme quoi, tout est encore une fois question de point de vue !

 

Les viandes grillées

 

Oublions un instant les semelles proposées dans les plats du jour pour nous concentrer sur les restos spécialisés en viande (14). Là, les choses changent vraiment car la viande de boeuf colombienne quand elle est cuite et préparée correctement vaut la viande argentine.

 

J’imagine qu’à ce moment de l’article j’ai définitivement perdu les végétariens et les vegans, alors, je fonce allègrement ! N’hésitez pas à commander un baby beef, un churrasco ou des ribs. Hummm. On peut vraiment se régaler ! 

 

 

Baby beef, photo : https://www.hotellosgabrieles.com/component/phocagallery/3-platos-restaurante-los-gabrieles/detail/11-baby-beef?tmpl=component&Itemid=1

 

 

 La street-food

 

Rien que de l’évoquer, je meurs d’indigestion hihi . Vite que mon supplice et le votre s’achèvent ! 

 

15-  Les empanadas

 

En Argentine j’adorais les emapanadas au four, sortes de petits chaussons fourrés à la viande et parfois aux légumes. 

En Colombie, beaucoup moins car 1) les empanadas sont souvent fourrées à la patate ou autre farce un peu sèche , 2) sont élaborées avec une pâte au maïs et 3) sont frites et archi frites. Du coup, je trouve ça très moyen. Mais encore une fois, je ne possède pas le bon goût universel. L’avantage c’est que ce n’est pas cher !

 

 

Empanadas et leur recette : https://unareceta.com/empanadas-colombianas-de-carne-y-papa/

 

16-  Les arepas

 

Ah ! Les arepas ! Mes poules adorent ! Moi … beaucoup moins ! Ce qui montre que même dans 1000 ans je ne serai pas une vraie colombienne car, même dans 1000 ans, elles continueront à me faire le même effet que si dégustais un morceau de carton.

 

De prime abord l’arepa est une bonne idée : c’est une galette de maïs (donc gluten free) qui a le même usage que notre pain français. Le souci, c’est qu’elles sont généralement sans sel et donc épouvantablement insipide et difficile à avaler pour qui n’est pas né avec une arepa dans le bec. Il en existe une version blanche ou jaune. Si vous avez de la chance, dans le commerce, vous pouvez mettre la main sur des arepas salées. C’est déjà plus goûteux.

 

Cela dit, l’absence de goût de l’arepa lui permet de se marier avec à peu près n’importe quel autre aliment. Donc, les colombiens s’en servent aussi comme l’équivalent d’un fond de pizza. Tu as de la sauce bolo en rab’ ? Tu ouvres ton arepa, tu la fourres avec et tu as une arepa rellena ! Il te reste du fromage ? Tu l’étales dans ton arepa et passe le tout au four : et hop ! Une autre arepa rellena ! Vous voyez le concept ?!

 

 

Une arepa et sa recette : https://www.colombia.com/gastronomia/asi-sabe-colombia/amasijos/sdi140/16958/arepa-santandereana

 

 

17 – Les patacones

 

Ils ont un peu le même rôle que l’arepa. En plus lourd à digérer mais en plus savoureux (merci le gras !!!). Il s’agit de bananes plantains cuites, puis « écrasées-aplaties » et, enfin, frites.

Explication en photo :

 

 

Des patacones et leur recette : https://www.google.com/search?q=patacon&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwicpvOl5fXgAhWLtlkKHQUtDQ8Q_AUIDigB&biw=1344&bih=682#imgrc=U-WzCHfPlloAeM:

 

Le patacon se déguste seul ou encore garni comme l’arepa ! Notez que sur la photo, on saisit mieux le concept de la banane « écrasée-aplatie » hihi

 

18 et 19 Les fiambres et tamales 

 

En Colombie et autres pays d’Amérique du sud, la feuille de banane peut parfois utilement et écologiquement remplacer la feuille d’alu ou le tupperware ! On s’en sert pour plein de choses, comme la cuisson savoureuse du poisson en papillote. 

 

Le fiambre, un concept qui me plaît bien !

 

Mais aussi pour réaliser le fiambre. Ce dernier est composé d’une feuille de bananier qui, pliée en 4, va être le contenant d’une viande hachée, de chicharron, de riz, d’oeuf dur et de patates… Je crois qu’en fait, chaque personne y ajoute un peu ce qu’elle veut et qu’il y a donc beaucoup de recettes de fiambre, la base demeurant la feuille de bananier !

 

Le principe des tamales est un peu le même : une feuille de bananier contenant une purée de maïs dans laquelle on rencontrera des carottes, de la viande, des oeufs …

 

Plutôt sympa et facile à emporter !

 

 Le queso 

 

Je ne terminerai pas cet article sans vous parler du queso (20) ! Je veux dire du fromage ! En effet, les colombiens sont des mangeurs de fromage. Mais de fromage frais. Il en existe plusieurs variétés, mais je crois qu’aucun français n’a jamais pu faire la différence au goût entre eux. Grosso modo, ils ressemblent tous à de la mozza.

 

Impeccable pour moi qui n’aime pas le fromage français !

 

Mais, ce qui est étrange, c’est que les colombiens en mettent partout, partout. Dans les plats salés, comme dans les plats sucrés. Dans le pain … comme dans certaines boissons ! 

 

Ainsi, méfiez-vous si vous commandez un jour une agua panela con queso ! C’est une boisson chaude (eau chaude + panela, donc sucre) plutôt douce et bonne au goût. Mais, dans certains endroits, on risque d’ajouter au fond de votre tasse … une tranche de fromage hihi

 

 

Pouvez-vous ôter le fromage de ma tasse, s’il vous plaît ?

 

 

Et voilà ! Pour bien faire il faudrait un dessert, mais à vrai dire, qui a encore faim à part Carlito ???!!!

 

 

Si vraiment vous y tenez, rendez-vous à mon article Sucrée Colombie ! Pour les autres, un citrate et au lit !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.