A la recherche du jardin d’Eden

Jerico, Jardin

 

Vous êtes (nous sommes) de plus en plus nombreux à vouloir visiter la Colombie et je reçois souvent des mails m’interrogeant sur la faisabilité de tel ou tel parcours. Du genre « – Pensez-vous qu’en 3 semaines nous puissions visiter la Colombie par la route du nord au sud, de l’Amazonie au Pacifique, tout en incluant les îles ? ». « – Oui, oui, bien sûr, il vous restera même des jours en trop, prévoyez une excursion au Panama pour ne pas vous ennuyer à la fin de votre séjour ! »  :mrgreen:  :mrgreen:  :mrgreen: 

 

Malheureux que vous êtes (nous sommes) !! Se déplacer dans ce pays en voiture (voire en bus) est chose impossible, aberrante, stupide  difficile, fastidieuse, voire dangereuse. Et parfois arbitraire, quand la police vous arrête et vous colle une forte amende pour un délit qu’elle vient à peine d’inventer et qui n’existe nulle part dans le code de la route (mais-bon-ça-rapporte-des-sous-au-maire-alors-merci-pour-votre-bon-coeur). Et parfois salissante, quand vous traversez des zones de travaux soulevant des tonnes de poussière. Et parfois hilarante, quand tout à coup la route se transforme en escaliers géants ou en trous béants. Et parfois ……

 

On a beau y habiter, on se fait piéger à chaque fois sur les temps de parcours. C’est ainsi que la petite excursion sympa à 100 bornes de chez toi, se transforme en périple de dingue. Exemple, ce week-end passé dans le sud de notre département, pour aller visiter les villages de Jerico et de Jardin.

 

Sur la route de Jerico, nous avons encore trouvé le Christ (mais ça, c’est normal)

 

Il y a plus d’un an que nous souhaitions aller visiter le petit village de Jerico. En vain, car la dernière fois, sa route d’accès était ensevelie sous les travaux. Nous ne l’avions jamais trouvée  :mrgreen: .

 

Bon cette année, on avait décidé de s’y prendre correctement. J’avais réservé un hôtel à Jerico. Et la photo montrait exactement ceci :

 

 

 

Trop classe l’idée de dormir à flanc de montagne ! Nous voilà donc partis. J’avais quand même quelques doutes sur la réservation, car d’après la photo le climat m’avait l’air un peu sec pour la région :mrgreen: . Mais la suite du voyage allait alternativement me donner tort et raison. En effet – et je n’invente rien – pour aller de Guatapé à Jerico, on passe par le village de Nazareth. Nazareth … Jerico … Nous étions au-moins sûrs d’une chose : celle d’arriver au pied du Christ ! Et pas raté ! Après d’interminables heures de voiture (6 ou 7 je crois pour 194,7 kms)  de virages, de montées, de descentes, de travaux, de poussière, de froid et de chaleur, la première personne que nous avons croisé était bien :

 

 

Le christ ! Yessss !!!

 

« -Bonjour monsieur le Christ, nous cherchons le village de Jerico ! »

« – Oui, c’est en-dessous ! »

 

 

Jerico, l’autre

 

 

« – Oh ça ne ressemble pas trop à la photo !! « 

« – Ah non ! Pas vraiment ! Vous êtes dans les Andes ici ! Pas en Israël ou en Palestine, abrutis ! Vous avez confondu avec Jericho !! « 

« -Alors, vous voulez dire, que nous aurions réservé un hôtel à 15 000 bornes d’ici ? »

« – C’est probable ! »

« – Oh ! Monsieur Jésus faites un miracle et trouvez nous un hôtel dans le coin ! Vous savez, je vais tous les dimanches à l’église boire votre sang et manger des gaufrettes-goût-Christ en votre honneur et souvenir ! Aidez-nous donc !!! »

 

Ainsi fut dit, ainsi fut fait : à défaut de Jericho-pas-loin-de-Jérusalem, nous allions pouvoir passer la nuit dans un hôtel colombien du sud Antioqueño. Mais, nous devions racheter notre pêché originel consistant à avoir confondu Jerico et Jericho. Aussi le Christ nous logea-t-il à proximité de « son » église et de « ses » cloches qui retentirent deux fois par heure toute la nuit dans nos oreilles. Les garces. 

 

 

L’église

Je veux dire l’église et ses cloches malfaisantes

 

 

Au petit matin, sourds et fâchés (on est français, vous ne l’avez pas oublié), nous n’avions plus qu’à nous perdre dans le dédale de rues de ce mignon et humide village du sud de l’Antioquia. Carlito qui avait dansé sur la place principale de  Guatapé pour la fête nationale colombienne, voulait à tout prix parfaire son intégration en achetant divers accessoires fabriqués sur place, pour renforcer son look de colombianito :

 

 

Atelier de fabrication d’articles en cuir

 

Quant à nous, nous décidions de nous laisser gagner par la magie des lieux :

 

 

Ceci est une porte, vous êtes perspicace. En bois. Bravo !!

 

 

 

Mais pas seulement ! Pour une fois, on trouve à Jéricho (oups … lapsus .. je veux dire Jerico) une très joli jardin botanique, bien caché entre le Christ et des façades multicolores :

 

 

 

 

 

Et derrière les façades, le jardin (regardez quand même sur la photo précédente qui nous surveille du haut de sa colline) :

 

 

La Colombie est un pays touffu

 

Autre originalité du coin : le Christ est malicieux et aime bien qu’on le distraie avec des cerfs-volants. Carlito et Jérôme, qui ont un sens inné du vent et un sens atténué du ridicule, se sont donc portés volontaires, comme de nombreux autres habitants de Jerico, pour mener à bien cette mission de distraction  :

 

 

Après avoir amusé le Christ et la galerie, il était temps pour nous de rejoindre le jardin d’Eden.

 

La route de Jerico vous mènera tout droit au Jardin d’Eden

 

Mieux que Jérusalem, nous avions ensuite rendez-vous à Jardin (d’Eden), un autre village en théorie proche de Jerico. Sur la carte, les deux villages ont l’air tout près (genre 20 kils), ce que tous les oiseaux du coin nous ont confirmé, mais en bagnole et par la route, il faut quand même parcourir 95 bornes et rouler pendant 1 bonnes heure et demie de fous.

 

1 heure et demie et des poussières plus tard, nous arrivions donc  à Jardin le village bien nommé :

 

 

 

 

Nous connaissions déjà Jardin (enfin, si on veut) et y avions vécu une expérience mythique l’an dernier : arrivés de nuit, nous n’avions jamais pu voir à quoi ressemblait le village à cause d’une panne d’électricité générale qui avait duré une bonne partie de la nuit  :mrgreen: .

 

Cette année, on avait le Christ dans la poche et rendez-vous avec des amis.

 

 

ça va les copains ? Vous faites une de ces têtes !!

 

 

 Amis qui avaient décidé de nous faire vivre d’autres expériences mythiques au pays du jardin d’Eden !!!

 

D’abord, tester notre confiance en l’humain, en nous faisant essayer un mode de transport local (rappelant fort les tarabitas équatoriennes) portant le doux nom de « Garucha ». 

 

Bien sûr, au début nous ne nous sommes pas méfiés. La douce Sarah nous avait guidé sur une bucolique promenade offrant des vues splendides sur le village et les cascades environnantes : 

 

 

Jardin vu de haut

La Colombie est un pays touffu (bis)

 

 

Ensorcelés par la beauté des paysages, nous ne nous sommes pas méfiés quand la douce Sarah nous a annoncé que le retour se faisait dans ceci : 

 

 

La « Garucha »

 

 5 minutes après et 300 mètres plus bas, nous étions sauvés ! Ouf ! J’en ferais pas tous les jours  :mrgreen: 

 

Pour nous remettre de nos émotions, Jean-philippe, le mari de la douce Sarah nous proposa pour le lendemain une randonnée « teste-les-pentes-colombiennes-à-pieds-tu-m’en-diras-des-nouvelles-si-tu-reviens-entier » ! On allait quand même pas se dégonfler, alors on l’a suivi !

 

Poussez-vous, il manque encore 9 personnes !

 

A l’arrivée au presque sommet de la montagne, le climat presque islandais ne décourageait personne :

 

 

Islande / Colombie : même combat ?

 

 

Les fleurs et les plantes offraient ce qu’elles avaient de meilleur :

 

Sarah, Jean-Philippe, les plantes géantes et la source

 

 

C’est ensuite que les choses sont devenues … comment dire … plus … casse-gueules !

 

Mais non, tu vas pas glisser !

 

On doit aller où, déjà ?!!!

 

En bas. Tu causes pas et tu regardes où tu mets les pieds !

 

 

Bien que la route soit jonchée de mauvais de présages, la randonnée pentue s’acheva malgré tout de la plus belle des façons. Pour le bonheur des petits et des grands !

 

 

 

Bon, ben, on y retourne quand vous voulez ! Mais la prochaine fois on monte !!!

 

 

Hasta la vista amigos !!! Nous reviendrons vous voir au Jardin d’Eden !

 

 

Une pensée sur “A la recherche du jardin d’Eden

  • 8 août 2018 à 10 h 40 min
    Lien Permanent

    Fan depuis le début, et je persiste et je signe : c’est toujours le même plaisir de vous lire ! Bravo pour ces récits colorés et drôles ….. J’ai rigolé toute seule devant mon écran de vos aventures socialos-religialos-WhatsApiennes !!!
    Au plaisir de continuer à suivre votre quotidien colombien, qui me permet de m’évader pendant mes pauses déj (même si on ne va pas se plaindre, puisque nous vivons à la Réunion ;-)…et découvrir un merveilleux pays !
    Bonne continuation !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *