Budget

Pour d’autres expériences, voir les blogs suivants :

 

 

 

« Un voyage, c’est beaucoup de soustractions,

avant de pouvoir faire de belles additions »

– Citation de Valérie B., poétesse à ses heures perdues –

 

 

 

C’est LA question que tout le monde se pose : ça coute cher de voyager ?? Les voyageurs pour anticiper, les autres par curiosité.

Alors, partir un an, est-ce que ça coute cher ?

Je vous le dirai quand on rentrera 😆  !!!!!

En fait, il est difficile de répondre à cette interrogation car ce qui est un gros budget pour les uns, est un budget insignifiant pour les autres. En plus, tout dépend de la façon dont le voyage se passe. Néanmoins pour ceux intéressés par une simulation, voici « un outil pour simuler le climat et le budget d’un voyage » proposé par le site J’ai une ouverture  !

Avant d’entrer dans le détail, répondons immédiatement à une autre question : comment nous finançons nous ? On a fait des économies et on loue notre maison. Voilà, ça c’est dit.

 

Quelques autres éléments de réflexion, malgré tout

 

 

Faut-il être riche pour partir ?

 

 

Non, absolument pas ! 

Il y a des voyageurs (jeunes en général) qui voyagent même sans argent  !

Pour ceux que ça intéresse ou qui sont  curieux, voici quelques liens :

–  L’histoire de 3 jeunes qui se sont lancés dans un tour du monde sans argent : http://www.bastamag.net/Voyager-sans-un-sou-en-poche-c-est

L’expérience d’une famille : http://fr.forwardtherevolution.net/2012/10/questions-reponses.html

Les combines pour partir sans un sou et travailler sur place : http://www.bastamag.net/Voyager-sans-un-sou-en-poche-c-est

Voyager partout dans le monde avec 400 euros par mois : http://lesacados.com/voyager-moins-cher-partout-dans-le-monde

 

D’une façon générale, l’argent ne doit pas être un frein au voyage si le voyageur n’est pas exigeant sur son confort.

 

La voie du milieu

 

 

A titre personnel, comme nous sommes un peu vieux et que nous ne disposons pas des moyens d’un patron du CAC 40, nous avons choisi la voie du milieu.

Dans un voyage comme le nôtre, c’est l’achat du véhicule qui peut coûter le plus cher. Là encore, tout est question de mesure. Il y a de magnifiques campings-cars poids lourds qui peuvent coûter plus de 200 000 euros, ou alors les « fourgons roots » des néo babas-cools qu’on achète pour une bouchée de pain. Notre fourgon se situe beaucoup plus vers le bas de l’échelle que vers le haut !

 

 

DSC03097

La preuve en image : notre fourgon au milieu de deux 4×4 islandais (!!)

 

 

Ensuite, le second poste c’est d’acheminer véhicule et voyageurs. Là aussi, tout dépend de l’endroit où se rend et du nombre de participants.

Enfin, il y a le quotidien. Là, ça coute moins cher de partir que de rester ! Même en Islande où la vie est chère, voire très chère, nous avons moins dépensé là-bas que si nous étions restés chez nous !

Comment est-ce possible ? Ce n’est pas de la magie, mais une simple soustraction !

A la maison on dépense : loyer + assurance maison + courses + mutuelles + EDF + eau +  frais liés aux voitures + assurance voiture + essence + frais divers d’entretien de votre maison si vous êtes propriétaire + taxe d’habitation + taxe foncière + abonnement télé/internet + 72 forfaits en tous genres pour rester connectés ou divertis par la télé + shopping + jouets enfants (et j’en oublie)

En voyage on dépense : essence + frais réparation véhicule + courses + assurances diverses = grosses économies !!

Au final, si nous n’avons pas de gros problèmes qui entraineraient des frais supplémentaires et imprévus, ce voyage (acheminement + vie quotidienne) nous coutera pareil voire  moins cher que de rester chez nous.

Donc, le voyage est davantage un problème de trésorerie (avoir anticipé pour mettre la somme de côté) que véritablement d’argent au sens  « c’est trop cher !!! »

 

 

L’art de la soustraction

 

 

Donc, on l’aura compris, le préalable du voyage, quel qu’il soit, c’est de savoir soustraire :

– je soustrais de mes économies la somme nécessaire pour réaliser ce projet

– je soustrais de mes futurs frais, tous ceux que  je ne peux réaliser en voyage (parce que je n’ai pas de parabole sur le toit de mon véhicule et que l’abonnement télé est donc inutile, parce que je ne vais pas payer d’électricité, parce que je ne vais pas faire de shopping -où voulez-vous que je range mes achats ?!, etc) . Vous avez compris le principe !

Mais l’art de la soustraction c’est aussi de résoudre l’équation suivante : comment faire entrer le contenu d’une grande maison dans un petit fourgon ?

 

 

Illustration de la difficulté :

 

Ce qui nécessite un certain sens de l’essentiel !

Alors pour certains objets, c’est facile puisque avec une baguette magique on transforme ça :

 

 

DSC_0982

en ça :

 

samsung-slate-pc-series-7-xe700t1a-a02-4

 

 

Pour le reste, il y a le vide grenier, le don, le stockage ou … la poubelle quand  l’objet est vraiment inutilisable.

Faire ce genre de tri est en soi une vraie thérapie hi hi ! On a devant les yeux tous les objets que nous avons patiemment amassés (= des heures de travail transmuées en objets, soyons lucides), que nous avons parfois protégés par des grilles, des volets ou autres systèmes d’alarme, pour lesquels nous serions parfois prêts à mourir plutôt que se les laisser voler. Est-ce bien sérieux si on y réfléchit à tête reposée ???

Alors, en définitive, on garde quoi ???

– Les objets nécessaires pour manger, se tenir propres et au chaud, des outils pour réparer le véhicule

– Très peu de vêtements et chaussures

– Quelques jouets pour Charles

– Quelques médicaments et huiles essentielles

– Deux chaises pliantes et un tabouret + une table de camping

– Trois tablettes et un ordi portable

– Les appareils photos

Donc, absolument rien par rapport à ce que nous avons accumulé et transpiré ! Bien joué ! Nous nous sommes levés tous les matins depuis 20 ans pour collectionner des choses sans vie qui finissent au mieux données, au pire recouvertes de poussière ou jetées !

En fait, je crois que se débarrasser de tout ce  superflu étouffant et gonflant à ranger  sera une excellente chose! De ce point de vue, aussi, ce voyage tombe à pic ! On verra au retour si j’ai changé d’avis hi hi !!

 

 

 

Bilan après mois de voyage :

 

On a pas vraiment tenus de comptes, mais grosso modo :

 

  • Le plus cher c’est faire transporter le véhicule (AR environ 8 000 euros, sachant qu’on a pas  été regardant car on voulait du clef en mains) et d’acheter les billets d’avion (comme on ne connaissait pas notre de retour on a payé plein tarif l’aller puis plein tarif le retour)

 

  • Au quotidien, il y a des pays très peu chers comme la Bolivie et d’autres beaucoup plus onéreux comme la Patagonie argentine et l’Equateur. Disons qu’en moyenne, on a dépensé environ 1500 euros par mois et pour 3 personnes (nourriture, diesel, sorties …)