Panama City et sa cité perdue

Panama City  (Panama Viejo, Cerro Ancon, presqu’ile de Naos, Bio Museo)

 

Voir aussi : La Trump Tower de Panama City : vis ma vie aseptisée de riche américain du nord !

 

Nous avons eu l’occasion ces derniers jours de retourner  à Panama City.

Ce que nous ignorions c’est que la ville recèle beaucoup de surprises architecturales, bonnes ou mauvaises, témoins muettes d’un passé prestigieux et d’un présent plus ou moins glorieux. Une chose est certaine : qu’on l’apprécie ou qu’on la fuit, Panama City ne peut pas laisser indifférent celui qui s’y aventure !

Welcome to the jungle !

 

Une ville dans la jungle

 

 

Panama City est un paradoxe en soi : partout où la nature semble en mesure de reprendre ses droits, les végétaux poussent de maniere exubérante. 

 

Caoutcouc

 

 

 

Les parcs de la ville sont ainsi des lieux incroyables où les arbres centenaires abritent une abondante faune tropicale ! Car, dans cette ville, il fait chaud …. chaud …  chaud et humide !

 

Seule l’embouchure du canal, en direction de la presqu’ile de Naos  semble plus tempérée car  naturellement ventilée par les courants oceaniques … 

 

 

Lever de soleil sur la presqu’ile de Naos

 

 

Nous y avons d’ailleurs passé quelques jours excellents dans une location Airbnb à profiter du spectacles des bateaux entrant et sortant du canal, exactement à l’embouchure de celui-ci ! Je recommande chaudement cet endroit à quelques minutes seulement du centre ville et du Bio Museo, mais totalement au calme et protégé du bruit et de la pollution des trop nombreuses voitures circulant plus loin !

 

Le Bio Museo :

 

 

La location :

 

Assis sur la terrasse a regarder le spectacle des bateaux transitant par le canal de Panama

 

 

Une jungle architecturale

 

Car, soyons francs, le gros problème de Panama City est la circulation des voitures, bus et autres camions qui peinent à se frayer un chemin dans la jungle urbaine aux heures de pointe. 

 

 

 

 

Il faut monter au sommet du Cerro Ancon pour se rendre compte  à quel point la ville est étendue et étranglée par le trafic.

 

 

Que pasa ?

Nada ! On regarde le Pont des Amériques !

 

 

De là, on observe le Casco Viejo, vieux quartier de Panama construit au 17eme siecle, suite à la destruction de la première cité panaméenne,  que nous connaissions déja.

 

 

Casco Viejo

 

L’avenue Balboa qui longe le Pacifique jusqu’au quartier ultra moderne de Punta Pacifica.

 

 

Avenue Balboa vue de plus près

 

 

Vue de haut, tout semble parfait. Panama investit pour les riches et ça se voit ! 

 

Mais, Panama n’investit pas pour ses pauvres qui se contentent de croupir dans des masures révoltantes d’insalubrité à quelques pas des beaux quartiers. 

 

 

Bravo Panama !

 

Par ses trop forts contrastes sociaux-économiques Panama City en devient choquante. On construit à tours de bras de nouveaux quartiers incroyables, pendant qu’une partie de la population vit dans une pauvreté crasse. Et que dire de la pollution des eaux ? Où sont les stations d’épuration qui éviteraient que les égouts de la ville ne se déversent directement dans la baie ? Si le Panama veut prétendre devenir autre chose qu’une place financière, il est urgent qu’il tende la main à ses pauvres et mette en place une politique environnementale sérieuse. A quand un recyclage des déchets ? A quand la fin de la distribution de dizaines de sacs plastiques inutiles à chaque personne faisant ses courses ? 

 

 

Résultat de 8 jours de courses en sacs plastiques …

 

 

La cité perdue entre jungle urbaine et Pacifique

 

Ce genre de considérations ne concernaient probablement guère les hommes qui fondèrent Panama City le 15/08/1519.

 

 

Bien cachés dans la ville substistent quelques vestiges de la première cité de Panama, construite par les espagnols au 16eme siècle. Petite cité doublement perdue, car elle fut  historiquement  ravagée par des pirates au 17eme siècle, avant que ses restes ne soient géographiquement  étouffés par 2 quartiers d’immenses tours au 20eme siècle.

 

 

Regardez bien cette photo : Panama Viejo est au centre, entre les 2 quartiers modernes de tours !

 

 

Vous dire que j’ai adoré cet endroit est en dessous de la vérité. Il est possible d’y passer plusieurs heures à se promener. Un musée très bien fait se trouve aussi sur place. Demandez à un taxi de vous conduire à Panama Viejo (ne pas confondre avec le Casco Viejo – entrée 15 dollars par adulte).

Visite !

 

Au bord de la mangrove, à proximité de hautes tours, se cache donc  Panama Viejo… Dans une baie ou l’amplitude de la marée est la plus forte au monde.

 

Tours et mangrove a marée basse

 

Derrière des arbres centenaires subsistent ses ruines, religieuses pour l’essentiel.

 

 

De Panama la vieille, il ne reste presque plus rien. Devenue une richissime place de toute première importance pour l’Espagne du 16eme siècle, située au carrefour des Amériques , elle attira les convoitises d’autres nations.

 

 

 

Aujourd’hui transformée en mirador

 

 

Le pirate gallois Henry Morgan, dépéché par l’Angleterre, la réduisit en cendres en quelques jours en 1671, forcant sa population survivante à fuire. Cette dernière consciente que le premier endroit choisi pour installer la ville était de toute manière inapproprié, refonda une nouvelle cité 8 kms plus loin sur le lieu qu’on appelle aujourd’hui le Casco Viejo.

Superbe visite qui mérite largement le détour ! D’ailleurs les ruines sont classées au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

 

 

Si Panama City vous intéresse, vous pouvez aussi consulter les deux articles suivants :

 

5 pensées sur “Panama City et sa cité perdue

  • 23 mars 2018 à 7 h 46 min
    Lien Permanent

    Merci et bravo! Quel joli article qui recense les différents points de vues (au propre comme au figuré). Cette ville mérite en effet d’être découverte.

    Répondre
  • 28 mars 2018 à 19 h 14 min
    Lien Permanent

    Coucou Valérie,

    Les contrastes sont en effet saisissants!
    Bisous à bientôt

    Répondre
  • 29 mars 2018 à 14 h 10 min
    Lien Permanent

    Merci Valérie pour les photos et les commentaires sur les sites de découverte.
    Depuis que je suis retraitée, grâce à toi, je partage tes impressions sur la vie en Colombie.
    Continue ce partage, c’est très très intéressant
    Mireille

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *