Fêter la nouvelle année en Colombie pour se mettre dans l’ambiance (2)

Guatapé (carnaval del año viejo), Medellin (alumbrados)

 

Voir aussi : Fêter Noel en Colombie pour en prendre plein les yeux (1)

 

La journée de Noel fut donc bien remplie ! J’avais quand même une légère crainte : vu le binz que les voisins avaient foutu dans le quartier toute la nuit et toute la journée de Noel – le bruit des traditionnels pétards de fin d’année, parvenant mal à couvrir le volume assourdissant de la musique locale – qu’allait-il bien pouvoir se passer le 31 décembre ?!  :mrgreen:

 

Nous n’allions pas tarder à le découvrir …

 

Mais avant …. les alumbrados de Medellin pour fêter les 50 ans de Jérôme !

 

Le 29 décembre, Jérôme fêtait ses 50 ans. La ville de Medellin était de connivence avec moi pour  souhaiter dignement son anniversaire ! Et c’est ainsi que ses célèbres alumbrados de fin d’année affichaient partout  « feliz 50 años » : trop classe ! En tout cas beaucoup mieux que l’anniversaire de ses 48 ans où il avait reçu, via DHL Chili, des pièces détachées pour les WC du camping car  :mrgreen: . Comme quoi, on progresse chaque année !

 

 

Tous ces 50, ça finir par nous vieillir

Cumpleaño feliz Jerome !

Un gâteau à la hauteur de l’occasion !

 

 

Mais au fait, c’est quoi les « alumbrados » ? Vous l’aurez compris en voyant la photo ci-dessus, ce sont les illuminations de la ville : chaque quartier possède les siennes.

 

Ici au Cerro Nutibara : 

 

 

Là à Poblado :

 

 

 

 

Mais le clou du spectacle était incontestablement au Parque Norte :

 

 

Jour

 

 

Au Parque Norte, le thème tournait encore autour de l’anniversaire de Jérôme : gâteaux, cup cakes …

 

 

Dégoulinant

A la limite de l’indigestion

 

 

Comme vous le voyez sur la photo ci-dessus, nous avions de nombreux invités qui arpentaient le Parque en même temps que nous :mrgreen: . Super ambiance !

Le lac, lui-même, reflétait le chiffre 50, tandis qu’un quartier de la ville se mirait à sa surface:

 

 

 

Et puis, on a dansé :

 

 

 

Au son d’instruments de musique à la hauteur du bruit colombien :

 

 

Y avait même un ménestrel

 

 

Bref, nous avons passé une soirée superbe !

 

 

Et terriblement poétique :

 

 

 

 

… Avant d’apprendre que la ville de Medellin n’avait malheureusement pas pensé aux 50 ans de Jérôme en première intention, mais à l’anniversaire des 50 ans des alumbrados d’EPM …  :mrgreen: Bon … ça mangeait pas de pain de s’imaginer être les rois de la ville  :mrgreen: 

 

Et donc, le 31 décembre ?

 

Bon, bon, j’y viens !

Ce qui est rigolo en Colombie, c’est que le passage à la nouvelle année s’accompagne d’une ribambelle de traditions très hétéroclites et surprenantes  :mrgreen: 

 

Ainsi, la nuit du 31 décembre au 1er janvier, il est par exemple de bon ton de :

  •  de porter des sous-vêtements jaunes (j’entends bien jaune, devant et derrière) afin que l’année à venir soit remplie de prospérité et d’allégresse (je ne sais pas si ça fonctionne pour la prospérité, mais pour l’allégresse la mission est totalement remplie)

C’est pas mon slip

 

  • de se balader avec une valise vide pour favoriser des voyages nombreux dans l’année
  • d’avaler 12 grains de raisin lors des 12 coups de minuit et de formuler un voeux pour chacun 
  • d’avoir le portefeuille rempli de billets au passage de la nouvelle année afin que l’argent coule à flot (hum .. il se pourrait bien  que cette tradition ait été inventée par les pickpockets sévissant le soir du réveillon  :mrgreen: )
  • etc …

 

Je vous laisse deviner quelle tradition que nous avons choisi de suivre  :mrgreen: 

 

Mais, celle que je préfère ce sont les « muñecos de año viejo » : le jour du 31 on croise sur le bord des routes des pantins grandeur nature habillés de vieux vêtements qu’il est possible d’acheter afin … de les faire brûler quand l’ancienne année s’achève et que s’ouvre la nouvelle : 

 

Pas des comme ça !

 

 

En les brûlant, on brûle ainsi symboliquement toutes les mauvaises choses et énergies de l’année qui vient de s’écouler. Place à la nouveauté et aux bonnes ondes !

 

En ce qui nous concerne, c’est au carnaval del año viejo de Guatapé que nous avons achevé 2017 !

 

 

Mais d’autres ont vraiment mis le paquet !

 

 

Les chiens aussi !

 

 

Après un passage au resto, l’année s’est ensuite achevée sur la place centrale de Guatapé sur laquelle ont eu lieu des concerts de salsa, de cumbia et de reaggaton toute la nuit :

 

 

Les parents boivent, les enfants trinquent

Aucun bruit dans notre quartier le soir du 31 … Normal, tous les voisins étaient sur la place centrale à danser comme des fous

 

 

Je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous l’une des chansons incontournables du passage à la nouvelle année :

 

 

 

 

La chanson de la mort qui tue, à en voir la tête de nos français   :mrgreen: 

 

 

Pitié !! Achevez-nous autrement !

 

 

Et leur premier voeux de l’année fut exaucé ! Le thème musical fut changé ! 8 jours plus tard, pour marquer la fin officielle des fêtes de fin d’année (donc, si vous avez suivi : 8 décembre / 8 janvier), le curé dans son église proposa à ses ouailles de célébrer la fête des Rois Mages sur la chanson suivante (véridique, ça ne peut pas s’inventer :mrgreen: ) :

 

 

 

Et c’est ainsi que saoulés de musique nos mallemortais reprirent l’avion, heureux de leur séjour mais désormais sourds !

Bon vent amigos et au plaisir de vous avoir de nouveau avec nous !

 

J’en profite aussi pour souhaiter une excellente année 2018 à tous mes lecteurs, toujours plus nombreux !

Merci à vous de me lire et d’avoir le courage de le faire jusqu’au bout ! Désolée si je suis souvent trop longue, mais je n’ai aucune envie de céder aux sirènes de « l’internetement correct » qui me somment régulièrement de prendre mes lecteurs pour des gens pressés, incapables de lire des articles de plus de 340 mots.  Que Google et ses algorythmes le sachent : je ne céderai pas un pouce à ma liberté de m’exprimer aussi longuement  que je le souhaite, quitte à voir mon site déclassé  :mrgreen: !

 

Une pensée sur “Fêter la nouvelle année en Colombie pour se mettre dans l’ambiance (2)

  • 14 janvier 2018 à 16 h 02 min
    Lien Permanent

    Coucou

    Sublimes décorations pour les 50ans (non de Jérôme donc;) des alumbrados! Ils n’ont rien à envier à la fête des lumières de Lyon car proportionnellement à la taille de la ville, les colombiens assurent !
    La ritournelle du nouvel an, si l’on peut dire, est un mélange de mambo, musique carnavalesque et de Luis Mariano (paix à son âme ;)) je sais pas trop !
    Sheila en espagnol choisi par le curé remarque c’est tout de même plus gai qu’une lithurgie chantée en latin ou grégorien ou un psaume..ça donne envie davantage d’aller à la messe peut-être …
    Ah non n’écris Pas moins, tu as une telle plume que l’on te lit d’une traite ! Ne change rien !
    Bisous pluvieux de Provence!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *