Voyager en Colombie : 21 réflexes de français à abandonner avant de partir

Vie quotidienne

 

Quand nous avions voyagé en Bolivie, un certain nombre de petites ou grandes différences culturelles nous avaient fait (plus ou moins) rire. J’avais alors rédigé un article pour mettre en garde les voyageurs suivant:mrgreen: .  Avec le recul du voyage en Colombie en 2016 et de 6 mois de vie quotidienne, je suis en mesure de vous offrir le même type de florilège pour cet autre beau pays.

 

Sécurité :

 

Ton réflexe de français n° 1 – tu as regardé la série Narcos où l’abominable Pablo Escobar met à genou la Colombie. Et puis, tu es allé consulter le site du ministère des affaires étrangères qui colorie en rouge foncé (« ne vous rendre sous aucun prétexte dans les lieux concernés, pauvres fous ! ») la moitié de la Colombie. Pour finir tu as encore visionné un ou deux documentaires bien flippants sur les FARC. Tu as donc rayé la Colombie de ta liste des pays à visiter. Tant pis si tes bons potes vivent désormais à Guatapé et que tu as une occasion en or de visiter ce pays.

Ton erreur : tu regardes trop la télé ! Lève un peu le nez, respire un coup et arrête de croire tout ce qu’elle te raconte ! Certes, la Colombie c’est pas l’Islande ou la Suisse, mais tu as d’excellentes chances d’en revenir vivant et enchanté si tu ne décides pas de concurrencer le commerce local de poudre blanche, de faire de la politique ou de te promener en ville en arborant tes plus beaux bijoux et appareils électroniques !

 

Dépaysement :

 

Ton réflexe de français n° 2 : tu ne sais pas bien où se trouve la Colombie. D’ailleurs, tous ces pays dont le nom se termine en « i », tu les confonds un peu. Chili, Bolivie, Colombie : c’est pareil, non ?

Ton erreur : tu étais déjà mauvais en géographie quand tu passais ton brevet des collèges, ça ne s’est pas amélioré. Si tu regardes bien ta carte d’Amérique du sud, tu verras que la Colombie c’est tout au nord du continent, la Bolivie au milieu et le Chili à gauche de l’Argentine quand tu regardes la carte dans le même sens que moi. Tu comprendras donc que ce n’est pas tout à fait pareil, ne serait-ce que d’un point de vue climatique et qu’il doit faire beaucoup plus chaud à Carthagène sur la côte Caraïbes qu’à Punta Arenas non loin du pôle sud.

 

 

 

 

Ton réflexe de français n° 3 : puisque la Colombie est dangereuse, tu vas aller au Costa Rica pour  voir plein d’oiseaux, de papillons, de fleurs. On t’a dit que c’était l’endroit au monde où il y a le plus de biodiversité à observer.

Ton erreur : tu t’es mal renseigné. La biodiversité est, d’après les querelles d’experts, plus importante en Colombie. Non seulement tu pourras faire le même genre d’excursions qu’au Costa Rica, mais en plus tu ne seras pas obligé de vendre ta bagnole pour te payer le voyage car la Colombie reste beaucoup plus abordable que son illustre voisin (un peu lointain) d’Amérique Centrale !

 

 

 

 

 

Ton réflexe de français n° 4 : toute ton enfance tu as chanté La colegiala en regardant les images du train Nescafé qui traversait des villages de paysans en tenues traditionnelles. Tu es donc persuadé qu’au pays du « pur Colombie » (je parle de la poudre noire), les gens s’habillent tous avec des chapeaux melons et des grandes jupes colorées hyper typiques.

 

 

Equateur

 

 

Ton erreur : ne sais-tu pas que la publicité est mensongère ? Il y a bien encore quelques personnes qui portent des habits traditionnels andins ou costeños, ne serait-ce que pour faire plaisir aux touristes, mais la plupart des gens sont habillés comme toi et moi en jean et tee-shirt. Au mieux rencontreras-tu des hommes arborant un chapeau et un poncho ou se baladant à dos de cheval, mais pour voir des dames aux tenues colorées et jupes bouffantes, il faudra descendre plus au sud en Equateur, au Pérou ou en Bolivie. Pareil pour les trains ….

 

 

Bolivie

Colombie

 

Bon, j’exagère un peu sur les clichés … Mais on est quand même pas super loin de la vérité  😉 

 

Ton réflexe de français n° 5 : tu as peur que la France te manque et d’ailleurs tu es incapable de vivre plus de 15 jours sans « ton » fromage, « ton » pinard, « tes » céréales …

Ton erreur : tu n’as jamais pris le temps de travailler sur toi pour vaincre tes dépendances ! Or, de l’absence de dépendances naît la liberté  :mrgreen: :mrgreen: ! Bon, si tu n’as pas le temps de le faire avant de partir, dis-toi bien que la France est superbement implantée en Colombie et que tu trouveras tous tes produits préférés dans les supermarchés du groupe Casino (Exito, Carulla, Surtimax …), même tes gavottes enrobées de chocolat au lait. Tu pourras aussi acheter tes vêtements chez Naf-Naf ou Esprit et faire le plein de produits de beauté chez L’Occitane !

 

Oh ! T’as vu ? Y a des gavottes chez Exito !

 

Hygiène et santé :

 

Ton réflexe de français n° 6 : tu crois sur parole ton médecin qui n’est  sorti de France qu’une fois dans sa vie pour aller acheter du pastis détaxé à Andorre. Il est formel : la Colombie c’est vraiment la zone. Tu vas y attraper des maladies horribles. Il te conseille donc de te vacciner au maximum : fièvre jaune, fièvre verte, fièvre aphteuse, rage, choléra, carré de la vache et du mouton, grippe aviaire, hépatites A à Z, petite et grande véroles etc …

Ton erreur : tu le crois sur parole car c’est lui qui sait mieux. Pour les vaccins je te conseillerai de faire comme tu le sens. Mais je peux t’assurer qu’en Colombie les conditions d’hygiène sont globalement bonnes, voire très bonnes et que sauf si tu vas dans endroits totalement déshérités tu ne risques pas d’attraper grand-chose. A moins qu’un moustique mal intentionné ne te pique si tu es dans une zone à risque. Mais dis-toi bien que tu n’es pas à l’abri non plus en France.

 

Ton réflexe de français n° 7 : tu pars avec une valise de médicaments des fois que les vaccins ne suffisent pas.

Ton erreur : tu t’encombres pour rien. Tu as des pharmacies à chaque coin de rue qui vendent les mêmes médicaments qu’en France et les délivrent souvent beaucoup plus facilement. Donc si tu n’es pas atteint d’une maladie chronique nécessitant un traitement particulier, voyage léger. De toute façon tu ne tomberas pas malade. Et si c’est quand même le cas, tu pourras bénéficier d’un système de santé doté d’une excellente réputation.

 

 

Déplacements :

 

Ton réflexe de français n° 8 : tu as 3 semaines de vacances et tu veux amortir ton voyage. Tu prévois donc de faire le tour de la Colombie en bus et de ne rien rater du sud au nord : à toi Bogota, Villa de Leyva, Barichara, le désert de Tatacoa, San Augustin, Popayan, Cali, la zone du café, Medellin, Guatapé, la côte caraïbes, le Norte Santander. Dans ton guide sur la Colombie izondi que c’était possible en 21 jours !

Ton erreur : tu as oublié que la Colombie est un pays andin, dont les routes sont souvent en mauvais  état et tournent, tournent, tournent … Tu as aussi confondu la Colombie et la Belgique, pensant que la superficie de la première ne dépasse guère celle de la seconde. Erreur, encore, erreur ! La Colombie c’est grand, très grand et il n’y a pas d’autoroutes au sens français du terme. Ou alors, elles sont bien cachées. Ou en construction. Donc, dis-toi bien que ce que tu penses être proche en kms est souvent très éloigné en durée de déplacement. Et qu’en 3 semaines tu n’auras pas le temps de faire l’intégralité de ton programme. Ou bien au prix d’une course folle qui te privera du principal : rencontrer les colombiens. Car la vraie richesse du pays, c’est avant tout ses habitants. Mais, si tu tiens à tout prix à boucler ton programme tel quel, je te conseille de regarder les vols law-cost de Viva Colombia .

 

 

La preuve en image !

 

 

Ton réflexe de français n° 9 : tu as loué un véhicule ou tu es venu avec le tien. Pour gagner du temps sur ton très long programme, tu décides de rouler pendant la nuit.

Ton erreur : dans un pays où le permis de conduire ne se passe pas, mais s’achète, il vaut mieux être très prudent sur la route de jour comme de nuit. Mais de nuit, surtout. Non parce que tu risques de subir une attaque de diligence comme dans un western, mais parce qu’il y a de nombreux obstacles sur les routes (trous, animaux, cyclistes et motos non lumineusement signalés) que tu ne pourras pas apercevoir. Et pourquoi donc, me diras-tu ? Car tous les colombiens roulent en pleins phares et t’éblouissent dangereusement. On ne comprenait pas pourquoi, avant de constater que la plupart des voitures ont un pare-brise quasiment opaque. « Ce sont les lunettes de soleil du véhicule ! », nous a-t-on dit. Très bien, mais la nuit quand tu portes des lunettes de soleil, tu n’y vois rien du tout. Donc, tu circules en pleins phares. Et tant pis pour ceux qui arrivent en face de toi  :mrgreen: 

 

 

Bon, pour lutter contre le pare-brise noir et les pleins phares, t’as plus qu’à enfiler tes propres lunettes de soleil la nuit !

 

 

Pouvoir d’achat :

 

Ton réflexe de français n°10 : tu penses que la Colombie est un pays sous-développé et que tu auras donc un excellent pouvoir d’achat sur place.

Ton erreur : tu généralises trop ! D’abord car la Colombie n’est absolument pas un pays sous-développé ! Ensuite, s’il y a des choses qui sont vraiment moins chères qu’en France comme les restaurants locaux, les fruits et les légumes, les taxis ou la plupart des médicaments, en revanche, il y en a d’autres qui sont aux prix français. Inutile en particulier de venir en Colombie pour acheter des appareils électroniques (smartphones, appareils photos…) ou des produits importés (maquillage, vêtements de marques étrangères, vins, jambon serano…) qui sont systématiquement couteux. Même ta pizza ou ton fast food sont au même prix qu’en France. Il en va de même pour les hôtels pour un peu que tu jettes ton dévolu sur autre chose qu’une nuit en dortoir dans un hostal de back-packers.

 

Ton réflexe de français n° 11 : tu es bien habitué à l’euro qui te paraît facile à manier.

Ton erreur : en Colombie tu ne pourras payer qu’en pesos colombiens, cette monnaie qui te laisse penser que tu es riche. A toi les billets de 2000, 10 000 voire 50 000 pesos. Tu n’as jamais eu autant de pognon dans les poches ! D’ailleurs, tu ne sais plus très bien compter : avec tous ces zéros, tu as du mal à savoir ce que cela peut bien représenter en euros !

 

Ton réflexe de français n° 12 : tu veux tout payer en carte bleue.

Ton erreur : s’il est vrai que tu trouveras des DAB assez facilement dans lesquels tu pourras retirer de l’argent (enfin quand ça fonctionne) et que les commerces et restos des centres commerciaux ou zones touristiques te permettront de payer avec, ce sera quasiment impossible dans les « petits » commerces ou restos locaux. A toi de remplir tes poches de billets avant de t’y rendre.

On te posera aussi des questions étranges quand tu pourras payer par CB : « Ahorros  o corriente ? », « Debito o credito ? » , « En cuantas cuotas ? » …  Tu ne comprendras rien et c’est normal. On te demande en fait si tu as une carte de crédit ou de débit, le genre de compte sur lequel la transaction sera faite et en combien de fois tu souhaites payer ton resto. Damned … Sais-tu qu’en Colombie, nombre de gens sont surendettés ? De toute façon, ça ne te concerne pas vraiment car je ne suis pas sure du tout que tu puisses payer ton resto, ton taxi ou n’importe quoi d’autre à crédit si tu n’es pas colombien.

 

 

Nourriture :

 

Ton réflexe de français n° 13 : tu es végétarien ou vegan. Pire, tu suis un régime minceur.

Ton erreur : tu es végétarien ou vegan. Pire, tu suis un régime minceur. Sache, malheureux – se (c’est ma participation à l’écriture inclusive) que dans ce pays ta nourriture de base s’articulera autour d’une viande accompagnée de haricots rouges, de riz et de bananes plantains. Il existe des variantes, mais l’essentiel est là. C’est généralement bon, mais ce n’est ni minceur, ni végétarien, ni vegan. Pire, le tout peut être frit. Heureusement, tu as toujours une petite tranche de citron à presser sur ton plat, qui te permet (selon la légende colombienne) d’annihiler une partie des calories ingérées !

 

Ton réflexe de français n° 14 : tu ne sais pas manger sans ton verre de vin rouge à table.

Ton erreur : pour faire celui ou celle qui a voyagé, tu commandes donc un verre de tinto  car tu sais que ça veut dire « vin rouge ». Enfin, partout ailleurs qu’en Colombie. Contre toute attente, le serveur t’apporte un verre de café brûlant …. Pour te rattraper, à la fin du repas, tu commandes donc un café, mais tu te retrouves finalement avec un bol de café au lait. Il ne te manque plus que les tartines et la confiture ! Bref, renseigne toi sur les us et coutumes locaux pour éviter ce genre de déconvenues  :mrgreen:  … 

 

Ton réflexe de français n° 15 :  tu adores les fruits et tu te jettes sur tout ce qui attire ton attention. Tu as de quoi faire car beaucoup de fruits colombiens ne sont pas vendus en France et ils sont tous plus délicieux les uns que les autres.

Ton erreur : ton intestin t’expliquera mieux que moi quel est le problème  

 

 

 

 

Climat :

 

Ton réflexe de français n° 16 : tu te couvres trop. Comme tu sais que Guatapé est à 2000 mètres d’altitude, tu embarques ta combinaison de ski, tes boots et ton bonnet.

Ton erreur : tu as oublié que la Colombie se situe non loin de l’Equateur et qu’il fait un climat exquis à cette altitude. Contente-toi d’un pull léger, d’un maillot de bain et d’un K-Way, ce sera impeccable ! Et n’oublie pas ton parapluie : il te protégera de la pluie (of course ^^) mais aussi du soleil ! Tu te seras alors comme toutes les colombiennes, bien à l’abri sous ton ombrelle à double usage !

 

 

 

 

Art de vivre

 

Ton réflexe de français n° 17  : tu râles après tout, tu critiques, tu te plains, tu es à peine poli …

Ton erreur : la Colombie est le pays de la courtoisie et de la politesse où les gens mettent généralement un point d’honneur à se comporter en « buenas gentes », gentilles, polies et serviables. Tu vas choquer tout le monde si tu te permets de te comporter en français digne de ce nom. Mets de l’eau dans ton vin, profite de la chaleur humaine et souris !!

 

Ton réflexe de français n° 18 : en vacances tu aimes te ressourcer et faire des cures de repos silencieux

Ton erreur : tu ne sais pas encore que la Colombie est l’un des pays de la fête et du bruit ! Tu es donc parti de France avec de simples bouchons d’oreille et tu regrettes vite de ne pas avoir fait suivre un casque anti bruit susceptible de couvrir les sonos démentielles de tous les magasins devant lesquels tu passes. Pire, tu ne sais pas qu’ici tout le monde trouve que c’est normal et n’ira jamais râler auprès d’un voisin indélicat beuglant en pleine nuit à plus de 100 db une chanson de karaoké. Même si ça l’empêche de dormir. Même s’il déteste Johnny. Bref, jamais ! Car les colombiens sont hyper tolérants et probablement sourds depuis leur plus jeune âge !! 

 

 

Ton réflexe de français n° 19 : tu veux envoyer des cartes postales ou recevoir du courrier. Ben oui … Ce serait gentil de faire plaisir à tes vieux parents ou aux enfants de la classe de CE1 de l’école Jeanne d’Arc de Mons en Baroeul qui aimeraient tellement personnaliser leurs cours de géographie grâce à des cartes postales envoyées du monde entier (merci Facebook !)

Ton erreur : tu ne sais pas que le service postal est sous développé en Colombie et que tu auras plus vite fait de poster ta carte depuis Roissy quand tu rentreras ! En dehors des grandes villes, je te mets d’ailleurs au défi de trouver 1) une carte postale, 2) un timbre, 3) une poste , 4) un facteur, 5) une boîte aux lettres !

Je revois encore la tête du vendeur de Home Center (genre Leroy Merlin) quand je lui ai demandé où se cachait le rayon boîtes aux lettres ! Mouahaha ! Il en rit encore ! « Mais, ma p’tit dame, ce genre d’article n’existe pas en Colombie ! Demandez plutôt au menuisier du coin – celui qui construit des petites maisons en bois pour les oiseaux – de vous en fabriquer une si vous y tenez à tout prix !! ».

Il ne me restait plus que DHL , Servientrega ou Deprisa pour les envois internationaux, mais je vous garantis que ça fait cher la carte postale !! Envoyez plutôt des mails !

 

On a dû négocier fort avec les oiseaux, mais on aura notre boîte aux lettres !

 

 

 

Ton réflexe de français n° 20 : tu as la laïcité dans la peau et le moindre signe religieux ostentatoire dans l’espace public te révolte

Ton erreur : tu viens ici en terre chrétienne et des bondieuseries, tu vas en bouffer ! Quitte à t’évanouir en constatant qu’il y a des crèches dans les mairies et les commissariats ! Quitte à mécaniquement ponctuer toutes tes phrases – à force de l’entendre – d’un « gracias a Dios ! » ou d’un « si Dios quiere ! » alors que tu ne crois pas en Dieu !

 

Et dire qu’on tolère encore les églises sur les places publiques colombiennes ^^

 

 

Ton réflexe de français n° 21 : tu as tellement aimé la Colombie que tu as décidé de t’y installer. Comme en France, tu attends chaque mois tes différentes factures d’eau, d’électricité, d’internet …

Ton erreur : je te rappelle que tu n’as pas de boîte aux lettres et que tu peux toujours attendre le facteur ! Tu dois donc apprendre où trouver tes factures et te lancer dans une sorte de quête mensuelle , à mi-chemin entre une enquête d’Hercule Poirot et une chasse au trésor, pour enfin savoir où les débusquer. Tu comprends ainsi que la facture d’électricité arrive au resto du coin et se paye à la supérette du village. Que la facture d’eau est acheminée en jet-ski via le lac (en tout cas chez nous) et se règle à la coopérative agricole. Que la facture d’internet se récupère à la boutique dédiée à internet (c’était la plus dure à trouver : tellement évident, qu’on avait pas eu l’idée d’aller voir là !!) et se paye à la banque. Etc … !

 

Maintenant, à vous de venir voir ! 

Une pensée sur “Voyager en Colombie : 21 réflexes de français à abandonner avant de partir

  • 21 décembre 2017 à 14 h 16 min
    Lien Permanent

    Salut les francolombiens

    J’espère que ces fêtes de fin d’année s’annoncent bien (…bruyantes!!)

    Merci de ces conseils qui me serviront 😉

    Bisous

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *