Panama City, l’excellente surprise !

Panama City 

 

Voir aussi : Le canal de Panama : escroquerie touristique ou endroit mythique ? 

 

Transitant entre la France et la Colombie par le Panama, l’occasion était trop belle pour ne pas s’arrêter quelques jours à Panama City, capitale de ce minuscule et controversé petit pays d’Amérique centrale ! 

 

A la descente de l’avion, la température qui avoisine les 30 degrés à 19 heures et la très forte humidité nous rappellent qu’ici l’hiver n’existe pas ! Le temps de passer du blouson fourré au string ficelle, de l’écharpe en laine au paréo, et nous voici parés pour visiter la capitale !

 

Bon j’exagère, on était en tee-shirt et en short

 

Autant le dire, tout de suite : nous avons adoré Panama City. Mais, autant le rajouter d’emblée : qu’est-ce que c’est cher ! Est-ce parce que la monnaie est le dollar ? Je n’en sais rien, mais tout se paye a des prix rappelant plus ceux de la Suisse que ceux de la Colombie  🙁 . De quoi freiner les élans de visite.  Cela étant dit, le reste est super (en tant que visiteurs) !

 

Une ville tout feu, tout flammes …

 

C’est à la nuit tombée que nous atterrissons à l’aéroport Tocumen. Nos yeux sont déjà habitués à l’obscurité puisque  pendant les 11 heures de vol de jour avec Iberia, l’équipage avait décidé de nous plonger dans le noir complet  😳 . 11 heures de vol, c’est long … mais 11 heures dans l’obscurité quand il ne fait pas nuit dehors et que ce n’est pas du tout l’heure de dormir, c’est franchement trrrrès long !

 

11 heures dans le noir plus tard ….

 

 

Au moins, la surprise est ménagée ! Aucune possibilité de voir du ciel à quoi ressemble la ville  :mrgreen: . C’est peut-être pourquoi la première impression nocturne est assez dépaysante : le taxi (attention, il faut vraiment négocier car de 40 dollars pour 3 nous sommes finalement passés à 20) se faufile au milieu des buildings illuminés. C’est Noël avant l’heure  :mrgreen: 

 

 

 

 

Nous avons réservé 4 nuits à l’hôtel Hyatt Place que je recommande chaudement. Une fois n’est pas coutume, nous avons fait le bon choix : non seulement les lits ne sont pas en crins de boucs  puants  et reposant sur des palettes de chantier, mais en plus aucun incendie ne se profile à l’horizon ………..

 

 

 

Le lendemain, nous ouvrons les yeux sur une ville encore plus étonnante que nous ne l’aurions pensé. Bordant le Pacifique qui s’étend à perte de vue, seulement perturbé par les bateaux attendant de passer le Canal de Panama, des dizaines de gratte ciel s’alignent devant nos yeux.

 

 

 

 

En route pour une longue promenade en bord de Pacifique en compagnie des pélicans, des goélands et des frégates qui nous survolent !

 

 

 

 

Derrière nous se dresse le quartier de Punta Pacifica qui abrite la célèbre « Trump Tower », la plus haute et plus moderne tour de Panama. Nous aurons l’occasion de la visiter. Comme le certifie Charles : c’est pas plouc ! On peut d’ailleurs en profiter soit en achetant un appartement, soit en prenant une chambre dans le luxueux hôtel qui occupe une partie de la tour, soit en entrant incognitos dans la partie publique de la tour. Du coup, nous, on s’est contenté de profiter des salons  :mrgreen:  :mrgreen: 

 

Petite bicoque de 293 m de haut et de 68 étages

Entrée de la trump Tower

 

 

Pour en revenir à l’avenue Balboa (rien à voir avec Rocky, j’en suis quasiment sure), nous poursuivons notre balade jusqu’au marché aux poissons quelques kils plus loin. A cette heure là, la circulation est fluide, ne gâchant donc pas l’ambiance paisible du bord d’océan (en début et fin de journée, en revanche, le trafic est totalement saturé).

 

 

 

 

Les bateaux déversent leurs poissons, tandis que de petits restos se chargent d’en préparer pour les nombreux clients venus profiter de leur samedi en famille. Je goûte du bout des dents mon ceviche … Hum, finalement délicieux, tout comme les gambas !

 

 

Vous êtes surs que le poisson est frais ?

 

 

Changement d’ambiance : c’est plus populaire que chez Trump. Mais beaucoup plus sympathique !

 

 

Dis papa, comment y savent qu’on est des gringos ?

 

 

Prêts pour visiter la vieille ville de l’autre côté de la rue !

 

 

 

 

… Masquant une réalité beaucoup moins glamour …

 

La criée constitue finalement la transition entre la ville moderne et le Casco viejo, c’est-à-dire la vieille ville. Ici s’arrête la modernité et la richesse. Ici commencent les contrastes.

 

Vue de loin, la vieille ville de Panama ressemble à s’y méprendre à celle de Carthagène.

 

 

 

 

Vue de près, il existe aussi de nombreuses similitudes dans l’architecture coloniale ravissante. 

 

 

 

Les églises et maisons pastelles, alternent avec les édifices en pierre brute.

 

 

 

Un charmant passage permet de flâner à l’ombre en bord de Pacifique.

 

 

Le blanc des murs inondés de soleil contraste avec le bleu de l’océan.

 

 

Il fait chaud, mais chaud … Humide, mais humide !!! Bref, j’adore et la végétation aussi !

 

 

Pourtant, la réalité est plus prosaïque. Délaissées par leurs riches propriétaires, les demeures s’effondrent les unes après les autres. Certaines sont en cours de réhabilitation, mais la plupart sont effondrées à l’intérieur.

 

 

D’ailleurs, il ne faut pas pousser très loin du centre ville historique pour comprendre que la plupart des panaméens « de souche » vivent dans des taudis insalubres. Le Panama a misé sur les riches, paraissant avoir oublié ses pauvres. Triste constat qui rend  mal à l’aise. 

 

 

 

A Punta Pacifica, chez les riches, les tours dominent parfois des petits quartiers de maisons très modestes qui font ressortir avec une acuité particulière ce Panama à 2 vitesses.

 

Les irréductibles gaulois au milieu des tours

 

 

On se demande d’ailleurs comment les panaméens « d’en bas » peuvent survivre dans une ville où tout est hors de prix, même pour les européens que nous sommes. Les chauffeurs de taxi nous apprennent que la plupart sont obligés de vivre loin du centre de Panama City où la vie est moins chère. Ce qui explique les embouteillages gigantesques qui paralysent la ville matin et soir  😳 

 

 

… Mais faisant la part belle à la nature !

 

Vous allez surement trouvé ça nul, mais nous avons passé plus de temps à nous promener au milieu des buildings qu’à découvrir la nature panaméenne. D’abord parce que nous n’avions pas suffisamment de temps pour dépasser les frontières de Panama City et aussi (blasés que nous sommes) car nous vivons en pleine nature en Colombie.

 

Néanmoins, outre la traditionnelle visite au Canal de Panama, nous avons passé une matinée entière dans le parc public situé en plein centre-ville (Metropolitan National Park).

 

 

La jungle en pleine ville

 

232 hectares de forêt tropicale, aménagée par des sentiers agréables. 

 

 

 

Je ne pensais pas que nous y verrions autant de bestioles ! Ici des paresseux à 2 ou 3 doigts, là des singes grands ou petits, plus loin des tortues d’eau et des oiseaux ! Génial ! A faire absolument, pour un prix très raisonnable.

 

 

 

Cherchez le paresseux !

Hola !

 

Il ne restait plus qu’à visiter le Canal éponyme !

Une pensée sur “Panama City, l’excellente surprise !

  • 8 décembre 2017 à 8 h 46 min
    Lien Permanent

    Coucou les panaméens temporaires !

    Oui les contrastes sont saisissants et perturbants surtout lorsque l’on connaît l’origine de certaines richesses … Bref!
    Parc magnifique ! Les paresseux, leurs fourrures sont des microcosmes biologiques à elles seules ! On y trouve de multiples insectes et parasites ! 🙂

    Bisous

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *