19 jours inoubliables !

Guatapé, Medellin, Santa Rosa de Cabal, Jardin, San Rafael

 

On les avait prévenus : si vous arrivez trop tôt, vous allez essuyer les plâtres de notre installation ! Prenant l’avertissement très au sérieux, c’est donc 48 heures après nous que David et Victor sont arrivés, même horaire, même aéroport que nous en Colombie !

 

Rétrospective des 19 jours passés ensemble : 19 réveils entre 5H30 et 7H30 du matin (ça fait rêver, je sais), 19 soirées toutes achevées avant 21 heures morts de fatigue (bis) et de décalage horaire, 19 jours vécus sur les chapeaux de roues entre tourisme et mise en place du quotidien ! 19 jours inoubliables !

 

Charles et Victor, amis dans la vie, mais ennemis des poissons 

 

 

Guatapé est désormais connu pour ses activités sous-marines controversées. Ne me dites pas que vous n’avez pas su qu’un bateau de plaisance y avait sombré il y a quelques semaines ?! C’est probablement pour rassurer les touristes venus passer une journée agréable au bord du lac que la municipalité a judicieusement placé l’épave au second plan des bateaux encore en activité ! Allez savoir …

 

 

La croisière s’amuse

 

 

Il en fallait plus pour décourager nos hôtes d’aller naviguer sur le lac. En compagnie de Carlito et de gilets de sauvetage, les voici donc en canoë partis à la pêche à la truite qui, sans être miraculeuse, a cependant été bonne dès le premier jour ! Bravo les gars !!

 

 

Pêcheurs du dimanche ?

Pêcheur enchevêtré

 

 

 

Et c’est ainsi que grisés par la première prise, les enfants sont devenus les terreurs des truites et des perches du quartier !

 

 

Pas du goût de tout le monde cette histoire de pêche

ça mord !

Seuls au monde

 

 

Jusqu’au jour du festin final !

 

 

Listos !

 

 

 

Du lac aux rivières

 

Du lac aménagé où se pratiquent toutes les activités nautiques possibles au lac sauvage, il n’y a que quelques kms à parcourir depuis chez nous.

 

 

De l’autre côté du rocher

 

 

Changement de décor magnifique.

 

 

Boôô !!!

Attention ! Touristes !

 

 

Plus loin, en descendant vers San Rafael, la nature devient plus exubérante, le climat plus chaud et les forêts plus tropicales.

 

 

 

Tranquilles !

 

 

Les rivières offrent de superbes endroits pour se baigner, qu’ils soient sauvages ou aménagés.

 

 

 

 

Les enfants sont évidemment ravis de passer de cascades en piscines !

 

 

 

 

De villages en villages : la route de la mort qui tue

 

 

Souhaitant montrer un bout de Colombie à nos amis, nous leur proposons de faire un tour dans quelques jolis villages du département d’Antioquia, puis, de faire une boucle pour aller nous (re)tremper dans les eaux thermales de Santa Rosa de Cabal.

 

Sur la carte, ça à l’air facile : quelques centimètres relient les villages et les routes principales sont annoncées comme des 4 voies. On aura vite fait de relier Guatapé à Jericho, Jericho à Andes, Andes à Jardin, Jardin à Santa Rosa ! D’ailleurs Google maps est formel : les temps de conduite sont très raisonnables !

 

Ah ! Ah ! Ah ! Naïfs que nous sommes ! On s’est fait avoir comme des bleus ! 13 mois passés en Amérique du sud à galérer sur les routes, à patienter dans les travaux, à éviter les trous, les virages, les vaches, les camions, la poussière, les vendeurs de cintres et de cacahuètes …. 13 mois oubliés ! Le retour à la réalité n’en est que plus dur !

 

 

Et Tatiiiiiiin

 

 

 

Partis tôt en ce vendredi matin pour pouvoir déjeuner à Jericho, nous nous rendons vite compte qu’une étape resto sera nécessaire avant de parvenir à ce petit village de montagne ! Qu’à cela ne tienne : l’étape est sympa, même si nous sommes passés de la fraîcheur agréable de Guatapé à une grosse chaleur de forêts tropicales.

 

 

 

Au chaud

 

 

Nous reprenons la route en début d’aprem : le GPS donne une demie heure de bagnole pour arriver à notre 1ere étape. 2H30 plus tard, les panneaux jetés en vrac sur la route semblent nous prendre pour des imbéciles puisque la distance sensée s’amenuiser ne fait qu’augmenter, tout comme le GPS qui nous perd sur une mauvaise piste.

 

 

Ben … on ira pas plus loin … faut en convenir

 

 

C’est ici que s’achèvera notre route pour Jéricho ! Que nous ne visiterons donc pas, perdus que nous sommes en pleine montagne … Petite consolation, la piste est à ce point paumée qu’elle est envahie par les écureuils et les papillons monos. Ajustez vos lunettes, il y a 2 papillons bleus fluos sur la photo ci-dessous :

 

 

Ceci n’est pas qu’un terrain vague : il y a deux jolis papillons bleus

 

 

Un peu découragés, nous poursuivons notre chemin (c’est le cas de le dire), en direction de la petite ville de Andes. Le Guide Vert nous a mis l’eau à la bouche et nous sommes sûrs d’y faire une étape de charme pour la nuit. L’arrivée au pied du bled en question nous laisse cependant sceptiques : c’est une ville moche, bien qu’animée. Bien sûr, en maniant correctement l’appareil photos, je peux vous faire croire que c’est charmant, mais n’en croyez pas les photos car elles cachent une réalité plus triste !

 

 

Moche

 

 

Dépités, morts de chaleur et de fatigue, nous repartons pour Jardin, espérant finir la journée en beauté. De fait, quand nous arrivons dans le village, tout paraît charmant, y compris l’hôtel que nous choisissons.

 

 

 

Nous ressortons de nos chambres rafraîchis et prêts à se descendre une bonne petite bière en terrasse.

 

 

 

 

Il est 18H30, la nuit est presque tombée. A peine avons-nous mis un pied sur la place centrale qu’à notre grande stupéfaction la lumière s’éteint. Et quand je dis la lumière s’éteint, c’est que tout le village se retrouve brusquement plongé dans le noir-noir. La journée de la looooooose ….

 

 

 

 

 

Nous patientons un moment, mais la ruée des colombiens pour acheter des bougies dans la seule épicerie possédant un groupe électrogène, nous laisse présager le pire. Lequel se confirmera, puisque la lumière ne reviendra que 3 heures plus tard dans le village. C’est donc à la lumière de nos téléphones portables que nous achetons quelques brochettes à des vendeurs de rue, que nous dégustons dans le noir en compagnie de chiens errants bien décidés à profiter de l’aubaine de l’obscurité !! Y a des jours comme ça …

 

 

 

Par chance, tous les matins, le soleil se lève ! Et nous constatons que Jardin est un joli village.

 

 

 

 

 

Joli village dans lequel nous ne retournerons pas car la route est beaucoup trop longue depuis Medellin !! Mais vraiment trop, trop longue !!

 

 

 

 

Rien que de l’eau, de l’eau thermale et des cascades

 

 

Pas échaudés pour 2 sous, nous achevons notre matinée à Jardin, pensant descendre assez vite aux thermes de Santa Rosa. Nous réfutons l’idée de prendre la piste qui coupe par la montagne, pour retourner sur nos pas et prendre l’axe central de la Colombie qui relie Medellin à Manizales, puis Pereira et Cali. Forcément une belle route, pensons-nous, voire un 4 voies ….

 

Mouahaha bis ! Les braves c … que nous sommes !! Certes la route est large est belle, mais c’est une route de montagne (la blague, nous sommes au milieu des Andes, nous n’aurions jamais pu le deviner !!). En travaux. En travaux. Et en travaux. On construit ce qui sera un jour, Inch’Allah, la future autoroute du Pacifique. En attendant c’est l’horreur. Nous sommes arrêtés tous les 2 kms, obligés de patienter à chaque fois de longues et désespérantes minutes… Il fait chaud, c’est plein de poussière … Le temps passe … On se demande même si nous finirons par arriver avant la nuit à Santa Rosa.

 

Finalement nous arrivons vers 17 heures, soit presque 6 heures de route pour 175 kils, à l’hôtel. Les thermes fermant leurs portes à 23H30, nous filons couler des heures tranquilles dans cet endroit paradisiaque que nous avions tant aimé l’année dernière. Le RV est familial pour les colombiens et, en dépit du monde, l’ambiance très sympa !

 

 

 

 

 

Au matin, nous partons visiter une cascade non loin. L’occasion de traverser la forêt tropicale. Le spectacle de la cascade Don lolo et des roches en basalte vaut à lui seul le détour, mais un autre m’amuse davantage.

 

 

 

Tandis que les garçons partent à l’assaut de la cascade, doutant de mes capacités à ne pas me mouiller les pieds si je les suis, je m’installe confortablement sur un rocher. Et c’est là qu’une nouvelle fois je suis saisie de stupéfaction en voyant les sud-américains traverser une rivière. Tandis que les quelques européens présents sur place prennent mille et une précautions pour ne pas se mouiller ou tomber à l’eau, les colombiens, tout comme les chiliens croisés l’an dernier, traversent habillés et en chaussures de ville la rivière. Je suis morte de rire de les voir plonger en jean et tee-shirts et ressortir de l’autre côté comme si tout était normal !

 

Savez-vous traverser la rivière à la mode colombienne ? 

 

 

Vais-je retrouver Carlito dans le même état ? J’ai de bonnes raisons de le redouter, mais son père a veillé au grain et tous reviennent sains et secs !

 

 

 

 

Le cartel des fleurs

 

Nous étions si bien partis pour faire du tourisme que le retour se fait finalement avec un arrêt à Medellin. C’est l’occasion pour nous de partir profiter de la célèbre fête des fleurs qui occupe toute la région fin juillet / début d’août. J’y consacrerai un article spécifique plus tard.

 

 

 

En attendant, nous voici de très bonne heure au centre commercial Santa Fé pour admirer cette immense et splendide sculpture en pétunias :

 

 

 

 

L’après midi se poursuit au Parc interactif Explora. Aucune fleur en vue, mais les enfants sont ravis !

 

 

Enfin, je veux dire les enfants et les adultes !

 

 

 

 

La nuit tombant, le retour à Guatapé s’impose. En voiture pour nous. En camion-vélo-taxi pour d’autres !

 

 

Deux jours plus tard, nous sommes de retour en ville. Petit détour par le village de Santa Elena où sont cultivées et mises en forme les fleurs du défilé. Sympa, même si ce n’est pas le clou du spectacle. On y apprend – tout comme au Parque norte – comment sont confectionnés les silleteros, sortes d’immenses pancartes en fleurs pouvant peser jusqu’à 100 kilos.

 

 

 

 

Le métro-cable que l’on prend depuis le sommet du parque Arvi amuse beaucoup plus les enfants.

 

 

 

 

Objectif : l’expo sur les orchidées.

Fabuleuse ! Incroyable ! Inratable ! En voici quelques photos, en attendant les autres plus tard :

 

 

El colombiano

El gringo !

 

 

 

Les coulisses du séjour

 

Comme je m’en voudrais de ne vous vendre que du rêve, il me reste à vous emmener avec nous dans les coulisses du séjour. En effet, plus prosaïquement, les 19 jours colombiens ont aussi donné lieu à de nombreuses visites dans les boutiques du coin ou dans les malls de Rio Negro à la recherche des 1000 choses qui nous font encore défaut.

 

 

Explorateurs de centres commerciaux !

 

 

Comme je suis une gentille fille, en voici quelques passionnantes photos.

 

 

 

Vous noterez que la France est bien présente en Colombie et que si la Provence venait à nous manquer, un petit tour chez l’Occitane nous donnerait une vague illusion de balade sur le cours Mirabeau. Manque plus qu’une boutique officielle de l’OM …

 

 

Cours Mirabeau

 

 

 

Hasta la vista amigos !

 

Il est à présent temps de raccompagner nos amis à l’aéroport. Tristes de les quitter …

 

 

Pour autant, je suis certaine qu’ils reviendront !

 

Que maman Marie-Jo ne soit pas inquiète, ses fistons ont bien mangé et bien profité ! La preuve :

 

 

De plats traditionnels en plats traditionnels …

 

C’est livré avec un mode d’emploi ?

 

 

… je crois que David a un même peu forci !

 

 

En chair

 

A bientôt les amis ! Ce fut un plaisir de vous recevoir !!

 

Et maintenant, à qui le tour ?!

4 pensées sur “19 jours inoubliables !

  • 13 août 2017 à 7 h 03 min
    Lien Permanent

    photos comme toujours magnifiques!! ça donne envie et en même temps il faut avoir le gout de l’aventure que je n’ai plus vraiment!!! J’aurai dû faire ça il y a 20 ans!!!
    Et là bas, quelle sera votre vie quotidienne, vos boulots, le petit Charles à l’école, comment s’organise la vie d’européens expatriés dans ce pays lointain ?
    Je me doute bien que les Colombiens sont des gens super comme la plupart des Américains du Sud mais le quotidien, c’est la vie de tous les jours, 24/24……
    Bonne installation et à une prochaine visite

    Répondre
  • 26 août 2017 à 10 h 18 min
    Lien Permanent

    Coucou les colombiens ! Magnifiques fleurs et quel périple avec vos amis… un avant goût de ce qui nous attend en 2018! Cela dit vous serez aguerris :))) toujours un plaisir de te lire ! Hasta pronto los amicos ! (Mon espagnol s’améliore lol Manu est à côté de moi!) en nuestra parte hacemos la préparation de la escula de la chica 😉
    Besos para todos

    Répondre
  • 3 septembre 2017 à 18 h 49 min
    Lien Permanent

    au moins vous ne mourrez pas de faim, rire
    superbes images, merci !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *