Tordre le cou aux idées reçues

Medellin

 

Dormir en plein coeur de Medellin, seuls dans notre fourgon ?! L’idée ne nous serait jamais venue il y a quelques mois encore !

 

Medellin, dont le nom reste associé au plus puissant cartel de drogues des années 1980 n’avait, sur le papier, rien pour nous attirer. Qu’allait-on y trouver ? Des drogués plein les parcs, des enfants sniffant de la colle et vivant dans les égouts, des favelas répugnantes s’étendant à perte de vue ? Reconnaissons –reconnaissez – que tout cerveau d’européen aurait spontanément tendance à visualiser une ville ultra violente à éviter à tout prix !

 

Les quelques blogs de voyageurs y ayant fait une escale, étaient d’ailleurs assez peu racoleurs. Comme nous sommes curieux, nous souhaitions en juger par nous-mêmes. De toute évidence, nous n’avons pas vu la même chose que les autres !! Ce qui montre, une nouvelle fois, qu’il y a autant de voyages que de voyageurs, autant de perceptions de la réalité que d’êtres humains.

 

Nous n’y avons pas passé suffisamment de temps pour profiter pleinement de tout ce que la ville offre, mais sa modernité et son incroyable énergie positive nous ont vraiment séduits. Et pourtant, nous sommes ici très loin des belles villes coloniales déjà traversées !!

 

 

Medellin la moderne

 

Nous voici donc repartis des paisibles montagnes de Guatape (où nous avons eu tendance à nous éterniser) en direction du « monstre urbain » voisin. Première surprise : la circulation est fluide bien que nous soyons en fin d’après-midi (on aime bien aborder les villes à l’heure de pointe hihi). On traverse les quartiers nord réputés difficiles sans difficulté, avant d’arriver dans les quartiers sud plus chics. Deuxième surprise : on se croirait dans une ville nord américaine hérissée de hauts immeubles ultra modernes.

 

 

146

 

 

Dormir à Medellin, en l’absence de tout point de bivouac un tant soit peu avenant, nous paraissait cependant chose difficile. Et puis, comme toujours depuis notre arrivée en Colombie, la magie opère : nous demandons à un gardien parking si nous sommes autorisés à dormir sur l’aire de stationnement convoitée. C’est impossible, mais de fil en aiguille le quartier se mobilise pour nous trouver une place gardée dans la rue. Impeccable !

 

 

159

 

 

Direction le parc Explora.

 

 

 

 

On l’a promis à Carlito ! C’est un parc genre « la Villette » à Paris qui offre des installations interactives et un superbe aquarium.

 

 

 

 

Nous y passons la journée, profitant en particulier de l’exposition temporaire sur le temps.

 

 

 

 

A recommander chaudement ! Petit regret : ne pas avoir eu le temps de visiter le jardin botanique …

 

 

Medellin la « culturelle »

 

L’une des fiertés de Medellin est la place Botero sur laquelle sont exposées de nombreuses statues en bronze de l’artiste.

 

 

couchée

couchée

120

130

 

 

Les habitants et les visiteurs se sont appropriés les œuvres, se bousculant pour se faire photographier devant.

 

 

128

 

 

Carlito n’est, quant à lui, pas le moins intéressé du monde, ces grosses statues le laissant de marbre.

 

 

oiseau vole

oiseau vole

 

 

Les fresques murales d’un artiste colombien bordent la place et abritent le sommeil des SFD du coin.

 

 

140

 

 

Le quartier est populaire et animé, particulièrement plaisant pour s’y promener.

 

 

 

Medellin la « sociale »

 

Pourtant, ce qui retient notre attention, n’est pas là. Nous pensions trouver une ville pourrie et dangereuse, nous découvrons une ville propre, bien organisée et sans plus de danger qu’ailleurs. Elle s’enorgueillit d’ailleurs d’avoir fait baisser son taux de criminalité de 80% en 25 ans et d’être le deuxième centre économique du pays.

 

Après les beaux quartiers, oserons-nous aller nous balader dans les barrios plus pauvres ?

 

Aucun problème ! Le super pratique métro permet de se déplacer ultra rapidement du nord au sud et de l’est à l’ouest.

 

Mieux ! Un télécabine (fabriqué dans la région grenobloise) relie les différentes collines au centre ville. On dirait une attraction touristique, mais c’est en fait un moyen efficace pour les habitants des quartiers pauvres perchés sur les hauteurs vertigineuses de la ville de se rendre au centre. Excellent !!

 

 

Métro cable

Métro cable

 

 

 

Nous allons nous aussi essayer ce mode de locomotion inhabituel en ville (mais déjà vu à La Paz). La chaleur du centre ville étant quelque peu étouffante, nous décidons de faire migrer le Charles de Gaulle au sommet du parc naturel Arvi (plusieurs centaines d’hectares de forêt sur les hauteurs de Medellin), pour changer d’air ! Et hop ! Le lendemain, nous redescendons en ville en « metro cable », survolant le quartier Santo Domingo qui fut l’un des plus dangereux de Medellin à sa grande époque !

 

 

Santo domingo vu de haut

Santo domingo vu de haut

Transporteur de fonds dans Santo Domingo

Transporteur de fonds dans Santo Domingo

 

 

Direction un autre quartier difficile de la ville, la comuna 13 .

 

165

169

 

 

Longtemps considéré comme un secteur gangrené par la drogue et le crime organisé, il a fait l’objet d’une réhabilitation passant par plusieurs initiatives culturelles et techniques :

 

Des fresques sur les murs :

 

 

178

185

186

180

 

 

 

Une bibliothèque construite autour d’un projet social :

 

 

 

193

En Colombie, la revue "Esprit" s'appelle "Autos"

En Colombie, la revue « Esprit » s’appelle « Autos »

194

192

 

 

Et … des « escaleras mecanicas » :

Disons, des escalators longs de 385 mètres qui, pour être classiques à première vue, ont révolutionné le quartier, puisqu’ils évitent à ses habitants de monter à pied des centaines de marches pour regagner leurs maisons. L’idée est simple, mais efficace : elle permet aux gens de remonter la très escarpée colline en 6 minutes au lieu de 35, désenclavant de la sorte la population y vivant.

 

 

 

 

Le temps filant à toute vitesse, nous en resterons là avec Medellin, bien décidés à y revenir un jour. Nous sommes désormais début juillet et l’heure du grand retour se rapproche. Le 8 juillet, nous fêterons notre année de voyage et le 25, la fin d’un périple extraordinaire qui nous a donné de nombreuses idées pour l’avenir. Mais ce sera une autre histoire !

 

162

 

7 pensées sur “Tordre le cou aux idées reçues

  • 4 juillet 2016 à 8 h 12 min
    Lien Permanent

    Une autre histoire que j’ai hâte de l’entendre. Profitez-en bien avant de rentrer. Bisous

    Répondre
  • 4 juillet 2016 à 17 h 54 min
    Lien Permanent

    Coucou les voyageurs ! Les photos sont géniales et contrastent avec l’idée que l’on pouvait en avoir. Merci pour le partage. 😉
    Céline & Stephane

    Répondre
  • 5 juillet 2016 à 19 h 20 min
    Lien Permanent

    Salut les voyageurs

    La fin d’un incroyable voyage ! Des images et projets (donc;)) plein la tête !
    Profitez de vos derniers moments dans un pays qui semble vous avoir étonné et subjugué !
    Des bisous

    Répondre
  • 8 juillet 2016 à 4 h 00 min
    Lien Permanent

    Bonjour,
    encore de superbes photos (comme d ‘hab) de Medellin,

    déjà la fin???? le fourgon va s’ennuyer;
    profitez bien des dernières semaines

    amicalement
    Christian et Armelle

    Répondre
  • 3 août 2016 à 6 h 47 min
    Lien Permanent

    Mais combien d’habitants y a t il ? C’est effarant le nombre de toitures que l’on voit. Aussi bien dans les quartiers pauvres que le reste de la ville….. tres colorés cette ville dans tous les cas 🙂

    Répondre
  • 3 août 2016 à 6 h 48 min
    Lien Permanent

    Mais combien d’habitants y a t il ? C’est effarant le nombre de toitures que l’on voit, aussi bien dans les quartiers pauvres que le reste de la ville….. tres colorés cette ville dans tous les cas 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *