De l’humidité à l’aridité : El Gringo traverse la Colombie pour retrouver la chaleur !

Santa Rosa, Armenia, Ibagué, Neiva, désert de Tatacoa

 

El gringo ayant trouvé le meilleur du café, il n’était plus nécessaire de rester dans la région le produisant. Après un bain magnifique aux thermes de Santa Rosa, nous reprenons la route cap au sud !

 

De la chaleur au milieu de la fraîcheur …

 

Comme il pleut beaucoup dans les montagnes colombiennes, nous nous résolvons à aller nous mouiller pour une bonne cause. Il paraît que les thermes de Santa Rosa sont superbes. Et, de fait, ils le sont !

 

 

004

006

 

 

Tout y est parfait : le cadre, les différentes piscines, l’ambiance … Hummm ! Après le boulot dans les plantations de café, Carlito se dit satisfait de s’y délasser un après-midi entier !

 

 

007

008

 

Pas mal !!

 

012

 

 

A vrai dire, ce sont même les plus beaux thermes que nous ayons visité en Amérique du Sud.

 

 

 

 

De la folie sur les routes

 

Le lendemain, nous quittons la région du café pour repartir plus au sud de la Colombie, dans le désert de la Tatacoa. De là à dire que nous cherchons la chaleur et le soleil… !

 

Petit souci : pour s’y rendre il faut traverser les Andes par une route bondée de camions. Mais pas n’importe quelle route ! Une route qui rappelle trait pour trait celles de la Bolivie, avec grimpette de 2000 mètres de dénivelés positif sur 15 bornes et même chose pour la redescente. Avant de nous lancer, nous croisons des argentins qui renoncent à l’emprunter. Ambiance !

 

 

080

 

 

Mais nous, même pas peur !! Allez c’est parti !!

 

 

 

Comme partout en Colombie, les routes sont jalonnées par ce panneau. Que signifie-t-il ? Mystère !! S’il s’agit de nous avertir d’ouvrir l’œil, que les colombiens soient sans craintes, on va en ouvrir quatre en très grand !!

 

 

095

 

 

La route en question est bien telle qu’on nous l’a décrite hihi. Des murs de camions essaient de monter, tandis que des murs de camions tentent de descendre. Les uns chauffent, les autres aimeraient refroidir !

 

Comme les camions sont immenses, ils prennent toute la route à chaque virage. Pousse toi, j’arrive !

 

 

064

 

 

D’où la naissance d’une nouvelle profession consistant à faire la circulation pour avertir les uns et les autres des risques encourus ! Au passage, les conducteurs jettent une pièce au monsieur pas encore écrasé. Etrangement, on compte beaucoup d’éclopés dans le métier.

 

 

encore en vie !

encore en vie !

 

Et pour doubler ? Aucun problème !! Il existe deux solutions.

 

La première consiste à considérer la double ligne jaune comme purement indicative et donc à doubler par la gauche. Comme en France.

 

 

 

La seconde est plus originale, puisqu’elle consiste à dépasser par la droite quand le camion prend son virage. Bref, on double par l’intérieur et ça marche très bien aussi !!

 

 

 

3 heures plus tard, nous arrivons à Ibagué, ravis de notre matinée passée à piloter !!

 

De la fraîcheur au milieu de la chaleur

 

Nous rêvions d’avoir chaud, nous allons être servis ! Quand nous arrivons à Neiva (en plaine), il fait une petite quarantaine de degrés. C’est le pays des manguiers qui poussent absolument partout ! Les iguanes en raffolent !

 

 

Plus original que la vente de pêches sur la route, la vente de mangues !

Plus original que la vente de pêches sur la route, la vente de mangues !

 

 

Il est tard et nous n’avons pas d’autre choix que de dormir en ville. Nous nous garons à proximité d’un square « défendu » par des policiers pour passer l’une des plus mauvaises nuits du voyage. Impossible de laisser les fenêtres ouvertes en raison du bruit, impossible d’aérer et donc impossible de dormir !!

 

Du coup, le lendemain, la première piscine que nous croisons est la bonne !

 

 

 

 

Quand nous en sortons, nous tombons par hasard sur nos amis les Janco qui cherchent l’entrée du désert de Tatacoa. Ils sont tellement chargés qu’on dirait qu’ils ont piqué une jeep Willys dans la région du café hihi

 

 

 

 

Qui a pris modèle sur l’autre ?!!

 

Le soleil se couche, mais il fait toujours aussi chaud.

 

 

 

Un camping avec piscine d’eau naturelle (notez bien la précision hihi on cherche encore les piscines d’eau gazeuse) retient notre attention. Parfait ! Le matin, nous en profitons un peu, avant que 3 bus ne viennent y déverser leurs passagers. Impossible de retourner s’y baigner.

 

 

087

 

 

Nous passons le reste de la journée à discuter à l’ombre des manguiers et à assurer les relations publiques avec les colombiens qui continuent à se montrer très curieux, sympas et affables ! Aucun rapport avec l’image véhiculée en Europe par les médias.

 

 

 

Il fait plus d’une quarantaine de degrés, un vent brûlant soufflant sur le désert.

 

 

 

D’ailleurs, à propos de désert, on ne va pas craquer maintenant après avoir fait tous ces kils ! On vient du sud, nous aussi !! On ne craint pas la chaleur (c’est ce qu’on croit) Allez ! On y va !

 

 

C’est petit, mais très beau et … très chaud !!

 

 

 

 

Immanquablement, nous nous y perdons et finissons par en ressortir à la nuit tombante, assoiffés comme il se doit !!

 

 

 

 

 

3 pensées sur “De l’humidité à l’aridité : El Gringo traverse la Colombie pour retrouver la chaleur !

  • 7 juin 2016 à 4 h 21 min
    Lien Permanent

    Bonjour à tous trois,
    Splendide région semble t il qui récompense des souffrances de la chaleurs,
    magnifiques photos,
    amicalement
    Christian et Armelle

    Répondre
  • 8 juin 2016 à 13 h 27 min
    Lien Permanent

    Coucou
    Whaou les thermes de Santa Rosa !! Splendides !!

    Ce désert couleur ocre rouge somptueux ! Mais ne vous y perdez pas ! ;))
    Bises
    À très vite de vos nouvelle
    Pour le clin d’œil demain 9 juin je suis à Avignon pour un comité de sélection 🙁

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *