Ecuador ama la vida (y la lluvia)

Telle est la devise de l’Equateur qui « aime la vie » … mais pourrait aussi ajouter : « et la pluie ! »

Macara, Catacocha, Loja, Saraguro, Cuenca

 

On en a fait du chemin depuis Punta Arenas au Chili ! En novembre, nous étions tout en bas de l’hémisphère sud, là où le ciel rejoint la Terre. Nous voici presque à sa porte de sortie : encore 3 marches et nous serons sur la ligne équatoriale, là où le soleil rejoint la Terre !

 

Parce que oui, ça y est ! Nous sommes arrivés en Equateur samedi, quasiment 9 mois  après notre départ de France ! Un peu tristes malgré tout d’entrer dans notre avant-dernier pays avant le retour en France …

 

Je redoutais le passage en douane, puisque j’étais officiellement sans papiers depuis une dizaine de jours, une amende me pendant au portefeuille. Les douaniers allaient-ils se montrer aussi âpres aux gains que les péruviens récemment rencontrés ? Ils en avaient légalement le droit et pour une fois je n’aurais rien eu à redire, si ce n’est de plaider l’erreur administrative. Eh bien, aussi incroyable soit-il, personne n’a rien remarqué et je suis sortie du Pérou avec une facilité déconcertante ! Pas d’amende, rien … Etrange pays …

 

 

Premiers pas équatoriens …

 

 

Quand nous entrons en Equateur, il est midi. Le soleil est brûlant et il est insupportable de se tenir peau nue dessous. La chaleur moite avoisine encore les 40 degrés. Nous nous garons rapidement à l’ombre d’un bâtiment dans la petite ville de Macara, pour déjeuner. Des commerçants voisins viennent toquer à notre porte. Que veulent-ils encore ceux-là ?? Echaudée par les péruviens, je me montre un peu méfiante. En fait, le couple veut juste nous saluer, nous souhaiter la bienvenue dans leur pays et nous proposer de venir prendre une douche chez eux si nous souhaitons nous rafraîchir ! Je me détends brusquement ! Il y aurait donc des gens à la curiosité saine et à l’hospitalité spontanée au-dessus du troisième parallèle ?! Je sens que nous allons adorer !

 

 

Sur la route ...

Sur la route …

 

 

Après une visite organisée du Charles de Gaulle, nous les quittons très contents d’avoir fait leur connaissance. Changement de mentalité, mais aussi changement de monnaie : en Equateur, on paye en US dollars. Nous passons notre première nuit en montagne (où il fait déjà beaucoup plus frais),  dans une rue du petit village de Catacocha. Tout est calme, c’est parfait car nous sommes vraiment lessivés par la chaleur. Tout à coup et sans avertir, un déluge s’abat sur nous. Bien à l’abri nous écoutons la pluie tropicale rebondir sur la carrosserie. La violence de l’eau est impressionnante !!

 

C’est le lendemain que nous nous rendrons compte des dégâts que causent ces pluies : les routes de montagne, plutôt en bon état normalement, sont jonchées de boue, de débris voire de blocs de pierre tombés des parois rocheuses. Hum … L’avertissement est à prendre au sérieux, autant pour éviter de se prendre des rochers sur la tête que pour ne pas avoir à changer de voie trop brusquement si la notre est empierrée. A priori, avec les animaux errants et les chauffards (kit habituel de l’Amérique du sud), les éboulements constitueront la principale difficulté des routes équatoriennes. En effet, ô miracle, les dangereux dos d’âne qui jalonnaient les routes péruviennes, ne semblent plus avoir plus cours ici ! Youpi !!! Au Pérou, deux d’entre eux ont failli nous envoyer dans le décor. Aussi, qui aurait l’idée de poser des ralentisseurs sur des nationales toutes droites, sans les signaler, ni les peindre en jaune pour les rendre visibles ?!! A 70 kms/h c’est comme se heurter à un muret invisible … Pffff …

 

 

Un glissement de terrain parmi tant d'autres

Un glissement de terrain parmi tant d’autres

 

 

Après Catacocha, la route de montagne serpente, monte, descend : un vrai grand huit ! Sans surprise les paysages sont verdoyants !

 

 

P1160709

P1160725

 

 

Les brumes jouent à cache-cache avec le soleil …

 

 

P1160770

 

P1160767

P1160780

 

 

 

Loja, disneyland sur Equateur ?

 

 

 

P1160676

 

 

Nous passons notre deuxième nuit devant la caserne des bomberos de Loja, pour le plus grand plaisir de Charles, fier d’exhiber sa casquette « bomberos de Chile » hihi

 

 

P1160679

 

 

Ville historique, Loja aime mettre en avant son très ancien passé colonial et son implication dans la protection de l’environnement. Pourtant, ce qui frappe en la visitant, ce sont moins les maisons de style colonial, que sa « puerta de la ciudad », reconstitution d’une ancienne forteresse locale que les architectes contemporains ont mariée à du Disney !

 

 

P1160678

 

 

Son parc, qui reconstitue des architectures du monde entier est superbe. Les bâtiments servent en fait de supports à des toboggans géants. Et, comme dans toutes les ambiances tropicales, les ficus sont des magnifiques arbres en liberté !

 

 

P1160682

Allez ! Je me lance à mon tour du haut du château !

Allez ! Je me lance à mon tour du haut du château !

Le pays des ficus en liberté !

Le pays des ficus en liberté !

Tchou ! Tchou !

Tchou ! Tchou !

Black swan

Black swan

 

 

En deuil de l’Inca

 

Une petite halte à Saraguro s’impose ensuite. Cette petite bourgade regroupe en effet une communauté indigène très particulière. Descendants des incas, les habitants s’habillent en noir ou bleu indigo pour symboliser le deuil qu’ils portent toujours de l’Inca Atahualpa.

 

 

 

 

On croise de nombreuses femmes filant la laine pour leur famille et beaucoup d’autres travaillant les perles de pacotilles pour en faire de somptueux colliers, bracelets et autres animaux extraordinaires.

 

 

P1160738

 

 

Devant l’église, on file et on discute.

 

 

P1160736

 

P1160729

 

 

Devant les maisons coloniales, on se balade.

 

 

P1160740

P1160731

 

 

Les hommes sont aussi en costume traditionnel noir et pantacourt. Tous ceux portant l’habit ont des cheveux longs tressés.

 

 

 

Merci mesdames d’avoir posé pour les photos ! Carlito sait parler aux femmes !

 

 

P1160739

P1160743

P1160744

 

 

Cuenca la linda !

 

 

 

P1160876

 

 

Nous voici à Cuenca. Il pleut. Puis il fait beau, puis il pleut, puis il fait beau, puis … Le climat est tropical, non ?!! Ah ! Bon ! Et en plus c’est la saison des pluies qui n’en finit pas ?!!  Un achat de bottes en caoutchouc et de parapluies va donc s’imposer sous peu, si je ne m’abuse !!!

 

Mais qu’est-ce que Cuenca, me direz-vous ? Aaaah ! Vous le savez déjà car vous avez lu le blog de Sylvain et Audrey  qui nous précèdent de quelques jours !! Parfait ! Alors, je n’entre pas dans les détails, d’autres le faisant de façon beaucoup plus sérieuse que moi hihi

 

Disons, pour ceux qui préfèrent une synthèse, que Cuenca est à l’Equateur ce qu’Arequipa est au Pérou, Sucre à la Bolivie, Salta à l’Argentine : une ville coloniale magnifique !

 

 

 

Inutile d’en dire plus, venez vous promener dans les rues avec nous !

 

 

 

La cathédrale

La cathédrale

P1160786

P1160906

 

 

Les maisons coloniales :

 

 

P1160795

P1160814

P1160848

P1160797

 

 

Et de bondieuseries en bondieuseries … nous avons vu Dieu pour la première fois de notre vie !

 

 

 

Dieu ??? Ben oui ! Dieu ! Regardez un peu la photo suivante :

 

 

P1160788

 

 

Sauf erreur de ma part, c’est la première fois que je vois la sainte trilogie représentée avec des statues du Père,  du Fils et du Saint-Esprit (cathédrale) … fallait venir en Equateur !

 

Autre grande première : Carlito qui a passé sa jeunesse à courir après des pigeons sur les places du monde entier, en  a enfin capturé un avec l’aide d’une gentille dame. Pour autant, on ne le sent pas très à l’aise hihi

 

 

Scènes de rue :

 

Place aux fleurs

Place aux fleurs

P1160825

P1160812

P1160820

 

5 pensées sur “Ecuador ama la vida (y la lluvia)

  • 6 avril 2016 à 23 h 38 min
    Lien Permanent

    Vraiment magnifique…dans le parc même la cathédrale de Moscou en miniature. Très joli… La chasse aux pigeons a été concluante pour Charles hi hi, veut-il préparer le dîner? Gros bisous

    Répondre
  • 10 avril 2016 à 22 h 23 min
    Lien Permanent

    Un petit coucou des nantais qui ont repris le boulot depuis un mois… et attendent avec impatience de partir au Maroc à la fin du mois…

    Vous avez l’air de vous plaire en Equateur heureux veinards. Votre mail sur le Nord du Pérou ne nous a pas réconcilié avec « nos amis péruviens »… Cela ne va pas nous inciter à parcourir le nord du Pérou l’an prochain 🙁

    Bonne route et à bientôt

    Véro et Gégé

    Répondre
    • 14 avril 2016 à 1 h 00 min
      Lien Permanent

      Coucou les amis !

      Merci de votre gentil message aui nous fait tres plaisir !
      Ne regrettez pas l equteur, il y pleut beaucoup en cette saison ! Vous serez mieux au Maroc !
      Tant qu aux peruviens du nord … sans commentaire ::: a vous de voir si allez leur rendre une viste hihi
      bises de nous 3 !

      Répondre
  • 17 avril 2016 à 19 h 10 min
    Lien Permanent

    Coucou

    J’adore !! Et je trouve ton Carlito trop chou avec sa copine équatorienne trop mignonne ! 😉
    Bonne continuation dans ce pays qui semble très beau

    Répondre
  • 2 juillet 2016 à 5 h 30 min
    Lien Permanent

    Coucou tres beauuuuu, me revoila, j’ai pris du retard pour vous suivre… aujourd’hui plateau de valensole pour le plaisir des yeux et des narines gros bisous a vous 3

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *