Le voyage en terres Inca continue !

 Juliaca, Lampa, Pucara, sites de Raqchi, Pikillacta, Tipon

 

La visite du canyon achevée, nous voici donc repartis en direction de la reine des cités Inca : Cusco. La route est longue pour s’y rendre et ne se mesure pas nécessairement en kilomètres mais plutôt en heures de conduite. Or, s’il est une chose dépaysante et déconcertante pour un européen au Pérou, c’est bien de prendre la route ! Car ici, c’est pas l’homme qui prend la route … c’est  la route qui prend l’homme (et elle prend pas la femme qui préfère la campagne … tatata …) ! 

 

En route, certes, mais avec prudence !

 

 

Nous voici donc sur une route que nous connaissons déjà jusqu’à Juliaca, traversant les hauts plateaux andins, sans difficulté particulière. Pourtant, en moins de 200 kms nous allons croiser 4 accidents de camions et un de voiture. Il est dingue de voir les risques pris par les péruviens au volant (comme leurs homologues sud-américains d’ailleurs). Les mêmes qui sont dans la vie d’une placidité absolue (tiens ! il pleut ! Ah  oui … il pleut … Tiens ! Il y a 50 personnes qui font la queue à la banque ! Ah oui … ben on va attendre …) se transforment en fous furieux au volant. Petite spécificité péruvienne : contrairement aux autres pays où l’on croise le long des routes des petites chapelles funéraires de façon ponctuelle, ici, ce sont de véritables cimetières collectifs qui fleurissent dans les virages, montrant que ce sont des transports en commun et leurs passagers qui ont fini leur route ici. Triste.

 

Pourtant, partout des panneaux rappellent aux automobilistes des évidences de débutants : « le tout n’est pas d’arriver le premier, mais en vie », « démontrez votre éducation au volant », « baissez vos phares quand vous croisez un autre véhicule », « ne doublez pas sans visibilité », « ne jetez pas vos déchets sur la route », « protégez la nature », etc,  etc … La police, quant à elle, est bien présente. Elle en profite pour nous arrêter systématiquement … pour nous demander de nos nouvelles et comment nous trouvons le Pérou ! Sympa !

 

Bref, c’est avec prudence que nous avançons ! Le pire est peut-être en ville car, si les routes du sud Pérou sont généralement assez bonnes, l’intérieur des villes et villages ne ressemble à rien de connu en France ! Souvent le goudron s’arrête pour être remplacé par des trous boueux (en cette saison), des bosses d’ancien goudron et des très nombreux et dangereux dos d’âne invisibles (peints il y a 20 ans et désormais fondus dans le paysage). Le véhicule souffre et nous aussi !

 

 

 

Pourtant que les paysages verdoyants  sont très jolis ! On se croirait dans la pub Nescafé des années 80, il ne manque plus que le train et el gringo. Et le café aussi , peut-être  :mrgreen: . Bref, c’est beau.

 

 

 

P1140535

 P1140544

 P1140551

 P1140559

P1140561

P1140568

P1140567

 

 

Des villages insolites !

 

 

Notre première escale se fait au mignon petit village de Lampa, célèbre pour la couleur rose de ses maisons, la copie d’une statue de Michel Ange, les catacombes de son église et les ossements qu’elles recèlent (pour une décoration originale de votre intérieur, pensez à vider les cimetières).

 

 

 

La circulation y est pénible car les rues, si étroites qu’elles ne permettent pas de s’y croiser, sont à double sens ! Il nous faudra un très long moment pour en sortir … Et un autre très long moment pour comprendre que le bivouac que nous avons choisi est en face d’une famille d’ivrognes hystériques qui passeront plusieurs heures nocturnes à s’insulter dans la rue. VDM. Pfff …

 

 

Par chance, le coucher de soleil étaitjoli !

Par chance, le coucher de soleil étaitjoli !

 

 

Décidés à oublier Lampa, sa circulation et ses alcoolos, nous nous arrêtons ensuite à Pucara, autre village insolite. Ici, ce sont les taureaux porte-bonheur qui poussent sur les toits des maisons et rapportent de l’argent aux divers potiers du coin.

 

 

P1140504

P1140520

Carlito et Camila, sa nouvelle petite soeur

Carlito et Camila, sa nouvelle petite soeur

 

 

Et les sites Inca ?!

 

 

Patience ! Vous allez en voir autant que nous car, je vous préviens, on a acheté le « boleto turistico » à 130 soles par personne, pour en visiter 16 (hors Machu Picchu) ! Alors, préparez-vous à l’overdose !

 

Attention je vais faire ma prof ! Rappelez vous que la civilisation Inca n’a duré que 300 ans environ (on dit de 1200 à 1533 en étant large) et qu’en si peu de temps, il a conquis des territoires s’étendant du nord de l’Equateur au milieu du Chili. Le tout grâce à une organisation parfaite. Bon, le Larousse explique tout ça mieux que moi !

 

Les villages et leur structuration en font partie. On commence à le voir dans les villages pré-incas, comme ici à Pikillacta, qui est un site Wari datant des années 600 à 900 après JC. Pour la 1ère fois en Amérique du sud, les quartiers sont rectangulaires et entourés de murailles.

 

 

 

Mais on le voit mieux à Raqchi où le village, situé sur l’axe principal de circulation (le fameux chemin de l’Inca) avait un rôle stratégique, tant d’un point de vue politique, qu’administratif, religieux ou commercial. Du temple, il ne reste plus que le mur central. On voit mieux, en revanche, les bains purificateurs. Du village en tant que tel, il demeure plusieurs  maisons toutes construites pour être dans l’axe du solstice d’été le 21 décembre. De très nombreux greniers subsistent aussi. Les plus vastes de la région.

 

Avec un peu d'imagination, on voit un temple !

Avec un peu d’imagination, on voit un temple !

Une future ruine parmi tant d'autres

Une future ruine parmi tant d’autres

 

 

Un peu plus loin, on visite aussi Le site de Tipon. Intéressant car il montre le système de cultures en terrasses mis en place et le complexe réseau d’irrigation. 13 terrasses, contenant toutes une terre différente. Une fontaine centrale à forte symbolique : le 1er bac représentant le Dieu suprême, les 2 seconds, la dualité, l’homme et la femme, le soleil et la lune, les 4 derniers, les 4 points cardinaux. Waouh ! Tout ça dans une fontaine ! On dit qu’il s’agirait d’une fontaine de jouvence !

 

 

Les terrasses

Les terrasses

P1140641

P1140663

La fontaine

La dualité (tout un programme !!)

La dualité (tout un programme !!)

Le trio

Le trio

La vue sur la vallée

La vue sur la vallée

Une pensée sur “Le voyage en terres Inca continue !

  • 10 mars 2016 à 12 h 56 min
    Lien Permanent

    Coucou

    Avez-vous acheté un taureau porte-bonheur ?
    Reste à l’installer sur le toit …
    Bise

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *