Les Araucanias, les extraterrestres et nous …

Angol, parc Nahuelbuta

 

Pour la suite, direction le parc national Nahuelbuta. Nous y arrivons au terme d’un véritable périple. Non qu’il soit très éloigné de nous. Mais sa situation géographique – au sommet d’une montagne –  en fait une place imprenable. Nous nous lançons donc à l’assaut de la piste « abrupte » (c’est un euphémisme) : 30 kms de ripio avec régulièrement  des montées à 30% – 35 %, voire un peu plus. Pour vous donner une idée du truc, imaginez la montée Bourg d’Oisans – l’Alpe d’Huez (tout le monde a bien vu le Tour de France une fois dans sa vie, non ?!) sans les 72 lacets qui relient les 2 villes, mais avec seulement avec 3 ou 4 : ça monterait fort ! Ben … ici c’est un peu comme ça !!

 

Pourquoi nous rendre dans cet énième parc difficile d’accès, me direz-vous ? Pour une raison simple : le Lonely Planet est formel : « c’est l’endroit idéal pour voir des OVNI ». Ah ! Ah ! Après avoir fait un tour sur Mars, il n’était pas question de quitter cette région sans avoir vu de petits hommes verts ! Si David Vincent les a vus en son temps, pourquoi pas nous ?! Et puis, le Chili n’est-il pas le 1er pays à avoir reconnu officiellement le phénomène OVNI (véridique, faites vos recherches) ?!

 

P1120085

 

 

Il est 18 heures passées quand nous arrivons à l’entrée du parc, bien décidés à y dormir. Je rentre dans le bureau de la CONAF pour présenter mon « pass familial » qui nous donne droit d’entrée sans payer. Je tombe nez à nez avec un guarda parque  très désagréable, bien décidé, lui, à nous emm… Si nous voulons passer la nuit dans le parc sur une aire de stationnement, il nous faudra débourser 16 000 pesos (un peu plus de 20 euros). En une dizaine de parcs, c’est la première fois que j’entends ça. Je flaire donc l’arnaque et l’envoie bouler en lui précisant, dans mon espagnol des grands jours, que 20 euros c’est probablement le prix pour faire gardienner sa Porche une demie journée sur le parking d’une plage privée tropézienne, mais pas pour dormir comme des gueux sur un parking poussiéreux. Nous nous quittons fâchés.

 

Néanmoins, je suis ravie. Je viens de voir mon 1er extraterrestre. J’en suis et certaine ! C’est un reptilien déguisé en humain qui m’a reçue ! Je l’ai vu à ses petits yeux jaunes cruels, à sa langue fourchue et, surtout, à son petit doigt tordu ! Ah ! Ah ! Je l’annonce triomphalement à Jérôme et Charles ! Comment ça, il leur faut une preuve supplémentaire ? A propos de Saint Tropez, Charles, qui a vu avant de quitter la France « Le gendarme et les extraterrestres », me suggère de donner un bon coup de poêle sur la tête du guarda parque. Si ça sonne métallique et creux, c’en est un ! Bonne idée ! Je vais assommer ce gougnafier avec une casserole ! Pas de chance pour ma preuve, le reptilien s’est volatilisé …

 

reconstitution du guarda parque

portrait robot du guarda parque

 

 

Nous dormons finalement sur le parking du kiosko adjacent. La nuit est claire, il y a des milliers d’étoiles. Mais pas l’ombre d’une soucoupe … Au moment d’aller me coucher, je regarde une derrière fois par la fenêtre et, que vois-je ? Ô joie ! E.T. himself qui se balade devant le fourgon !

 

Il a bien voulu nous laisser une photo dédicacée !

Il a bien voulu nous laisser une photo dédicacée !

 

J’appelle Jérôme qui arrive à triple vitesse de dehors et nous constatons qu’il y a bien quelqu’un non loin de nous qui se ballade en pointant son doigt rouge incandescent vers le ciel ! Yes ! Pourtant, la lumière rouge disparaît assez vite, nous laissant une nouvelle fois sans preuve formelle. Nous apprendrons le lendemain matin qu’il s’agissait d’une caméra infrarouge destinée à immortaliser le portrait des renards du coin, laquelle se déclenche quand on passe devant. Mais au fait, Jérôme, c’est pas toi qu’elle aurait photographié entrain de faire pipi ?!

 

Au matin, nous filons visiter le parc. La vue doit être belle quand le ciel est pur. Ce n’est pas le cas, mais c’est joli quand même.

 

P1120098

 

 

Il y a plein de grosses pierres partout, dont une appelée caseta de piedra qui forme une petite maison. Nous croisons 2 piverts plein d’entrain, mais aucun être humain ou extraterrestre.

 

P1120118

 

 

 

Les arbres sont recouverts d’un parasite barbu qui donne à l’ensemble un air de forêt hantée.

 

 

P1120135

P1120150

 

 

Au fur et à mesure de la journée, le ciel se couvre de plus en plus, rendant l’ambiance fantasmagorique.

 

 

P1120155

P1120172

P1120178

P1120189

 

 

Charles n’est pas très rassuré ! Tout à coup nous apercevons une forme que nous ne parvenons pas à identifier… Je me rapproche, essayant de la photographier … Mais qu’est-ce donc ?!!! Je soumets les photos à votre sagacité car, à cette heure, nous n’en savons toujours rien … Une chose est sûre : nous n’avons pas tardé à déguerpir !

 

P1120186

P1120182

P1120183

 

PS- cet article n’aurait jamais pu être écrit sans l’hilarité déclenchée par la partie de UNO qui a précédé son écriture. Je remercie donc mon fils d’être un aussi mauvais perdant, de savoir me faire rire aux éclats et de me mettre de bonne humeur pour le reste de la journée !

5 pensées sur “Les Araucanias, les extraterrestres et nous …

  • 18 janvier 2016 à 8 h 25 min
    Lien Permanent

    Joyeux anniversaire pour le petit Charles , il se souviendra longtemps de ses 6 ans loin de France. Bisous a vous trois, et continuez a nous faire réver.

    Répondre
  • 19 janvier 2016 à 8 h 21 min
    Lien Permanent

    Pas très rassurée avec ces histoires d’extraterrestres !! BONNE Anniversaire POUR CHARLES!! on lui souhaite que des belles choses!!!!gros bisous a vous trois

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *