Qu’on leur donne des pannes, des lupins et de la poussière ! Et s’ils ne sont pas contents …

Carretera australe : Cochrane, Puerto Rio Tranquillo, Villa cerro castillo, Coyhaique

 

Après notre aller / retour de 260 « kils » (comme dirait nos amis suisses !!) à Tortel, nous reprenons la route en direction de Coyhaique. Enfin, façon de parler car la « carretera australe » gagnerait sur cette portion à s’appeler « camino austral », étant donné qu’elle ressemble beaucoup plus à un chemin vicinal en mauvais état qu’à une autoroute. Courage ! Elle ne fait que 1200 bornes (restons français tout de même) de long entre Puerto Montt et Villa O’Higgins… Il nous en reste la moitié à parcourir …

 

La sortie de Cochrane, on ne s'en lasse pas !

La sortie de Cochrane, on ne s’en lasse pas !

La bonne idée du Chili : mettre des ponts : ça évite de se jeter dans un gué

La bonne idée du Chili : mettre des ponts : ça évite de se jeter dans un gué

P1100688

 

 

L’étape suivante est à Puerto Rio Tranquillo où nous arrivons couverts de poussière, mais sous bonne escorte de buissons de lupins.

 

P1100720

P1100734

P1100753

P1100755

P1100759

P1100763

 

 

Approchez votre nez de l’écran ! Respirez un bon coup ! Le lupin sent une odeur proche de celle de la jacinthe ! Respirez encore un peu ! Et voilà ! Vous venez de passer 5 secondes au mois de juin austral, bien loin du mois de décembre européen ! Merci qui ?!

 

P1100966

 

 

Encore une fois il y a de la poussière partout dans le fourgon, comme le montre la photo ci-dessous (c’est sous un siège, mais très représentatif du reste) !

 

P1100936

 

Toutes ouvertures fermées ou condamnées, nous sommes obligés de nettoyer nos lunettes toutes les 5 mns quand nous roulons, sinon nous ne voyons plus grand-chose. Le soir venu, il nous faut secouer tous les draps, oreillers et duvets. Si on m’avait dit, il y a 6 mois, que l’objet qui me manquerait le plus serait un aspirateur, j’aurais hurlé de rire ! Et aujourd’hui j’en suis réduite à en commander un au père Noël ! Petit papa Noël, s’il te plaît, livre nous un aspi super puissant !

 

 

Où tomber en panne sur la carretera ?!

 

Depuis quelques jours, notre vaillant petit fourgon en a ras le bol. Aussi, nous l’indique-t-il sur  le tableau de bord grâce à son voyant rouge « défaut-moteur-attention-je-vais-vous-laisser-en-rade-et-ce-sera-bien-fait-pour-vous-bande-de-barjos ». Ne pouvant pas faire grand-chose au milieu de nulle part, nous n’avons pas d’autre choix que de l’ignorer et de croiser les doigts en espérant une guérison spontanée.

 

P1100955

P1100952

P1100959

 

 

Peine perdue. A « cruce el Maiten », mégapole de 4 maisons, le moteur s’arrête brutalement. Super ! C’est pile poil l’endroit où il faut tomber en panne ! On a le second plus grand lac d’Amérique du sud en face de nous à boire et des graines de lupins à manger ! Youhou ! On va se faire des apéros de folie ! Sans le dire à Jérôme, j’adresse discrètement une petite prière à la Défunte Correa, des fois que … En plus, j’ai plein de bouteilles d’eau à lui offrir ! Yes ! ça marche ! Le fourgon redémarre ! Ouf !

 

 

Arrivés à Puerto Rio Tranquilo, Jérôme décide de changer le filtre à gasoil. La panne spontanée pourrait venir de là. Le lendemain, nous quittons la carretera provisoirement pour nous lancer à l’assaut de la « vallée tranquilo » qui conduit à des glaciers. 3kms plus loin, nous sommes au milieu d’un champ de lupins quand le moteur s’arrête net de nouveau. Pffff …. Je soupçonne Jérôme, ce grand romantique qui s’ignore, de vouloir me faire le coup de la panne dans les lupins. Le nez dans le moteur, il m’avoue que ce n’était pas là, maintenant, tout de suite, son intention première. Bon … Alors, une petite prière à la Défunte Correa pour le fourgon… Hop ! C’est reparti !

 

P1100947

P1100934

Puerto Rio Tanquilo

Puerto Rio Tanquilo

 

 

La piste qui monte en direction des glaciers est fort jolie, mais le temps se  gâte et les nuages qui voilent la visibilité nous incitent à faire demi tour. Je sors quand même prendre quelques photos. Au moment où je photographie le fourgon, je ne sais pas que le moteur s’est arrêté sans raison pour la 3ème fois.

 

P1100969

 

 

Une seconde après avoir appuyé  sur le déclencheur de l’appareil, le sol instable se dérobe sous mes pieds. Je réalise un double salto avant avec révérence dans le caniveau ou, plus exactement, sur le chemin empierré. Aïe !! Je me suis écorchée les deux genoux et tordu un pouce ! Jérôme ! Laisse tomber le coup de la panne  dans les lupins ! Le sol est beaucoup trop dur ! J’abandonne aussi les photos acrobatiques. Trop dangereux. Heureusement, je ne fais jamais de selfies, et encore moins à proximité d’un geyser en ébullition. Ca m’évitera une fin atroce, comparable à celle d’un crustacé à Noël ou d’une touriste belge aux geysers du Tatio. Enfin, je l’espère.

 

Le moteur repart finalement. Comme nous ne sommes pas sûrs que les prières à la défunte Correa fonctionnent sur le long cours, nous reprenons la carretera. On a bien conservé son porte-clef porte-bonheur, mais à ce niveau là, ça ne va pas suffire. On aurait dû acheter une reproduction grandeur nature de la sainte pour nous attirer ses bonnes grâces pour le reste du voyage ! A ce moment-là, il nous reste encore 250 kms avant d’arriver à Coyhaique, ville de 50 000 habitants, où nous trouverons probablement un garage…

 

 

 

Des lupins aux grottes de marbre …

 

 

P1100995

 

Entre deux pannes, nous choisissons malgré tout de faire une petite excursion en bateau vers les grottes de marbre.

 

Capilla de marbol

Capilla de marbol

 

Quelques « kils » avant Puerto Rio Tranquilo, un panneau nous indique qu’on peut partir de l’embarcadère situé en contre bas, à Playa Mansa. Rien ne précise en bord de route que la piste qui y conduit est un toboggan à 25 %, à la mode chilienne. Car oui, j’ai omis de vous dire que si les boliviens ont inventé les routes à virages, les argentins les lignes droites et plates de centaines de kms, les chiliens, eux, ont inventé la route qui descend tout droit et très fort. Si la piste qui conduit à Bahia Mansa comporte bien quelques virages, elle tombe littéralement dans le lac. A tel point qu’il nous faudra enclencher le 4X4 pour en remonter ! Amis campings-caristes, ne descendez pas par-là aux grottes de marbre car vous risquez d’y passer les prochains mois ! Et pour une fois, je suis sérieuse. On peut partir directement de Puerto Rio Tranquilo.

 

 

P1100784

 

 

J’appréhende un peu la sortie en bateau, mais je m’en tire les doigts dans le nez ! Même pas vomi ! La balade d’une heure est sympa et nous permet de découvrir des grottes creusées par le lac dans les roches.

 

P1100880

P1100875

 

Deux jours plus tard, nous arrivons finalement à Villa Castillo, petit bled tranquilos. Le goudron commence ici. Merci mon Dieu ! On va enfin passer une journée sans poussière dans le nez ! Nous en profitons pour changer les draps et, là, comme dans une caméra cachée, le chauffage choisit de s’auto-nettoyer, ventilant dans le véhicule un suffoquant nuage de poussière qui recouvre tout sur son passage, dont les lits …. La looose …. Nous sommes ensevelis, sales et très très très fâchés. Enfin surtout moi !

 

 

P1100999

 

 

L’arrivée à Coyhaique se fait sans encombre. Sur le chemin nous croisons nos copains suisses Christian et Coralie, que nous avons beaucoup de plaisir à revoir. Et, devinez quoi ? Le voyant rouge qui scintillait telle l’étoile du berger sur le tableau de bord du fourgon depuis une semaine, s’est éteint ! Il est donc inutile de se rendre dans un garage, sauf à risquer de passer pour de grosses andouilles, puisque tout à désormais l’air d’aller bien … ! La loooose bis !

 

 

Le genre de pays où tu ne te demandes jamais quelle va être la météo du jour, puisque tu sais qu'il va pleuvoir. Tu ne sais pas à quelle heure, ni pendant combien de temps, mais tu le sais hihi

Le genre de pays où tu ne te demandes jamais quelle va être la météo du jour, puisque tu sais qu’il va pleuvoir. Tu ne sais pas à quelle heure, ni pendant combien de temps, mais tu le sais hihi

 

 

 

 

 

4 pensées sur “Qu’on leur donne des pannes, des lupins et de la poussière ! Et s’ils ne sont pas contents …

  • 18 décembre 2015 à 15 h 46 min
    Lien Permanent

    Merci Valérie pour l’odeur de lupin et les magnifiques paysages qui font rêver du fond du lit.
    Les grottes sont majestueuses, et vous êtes beaux avec vos bonnets! Je retiens deux idées cadeau pour ton prochain anniversaire: chapelet et aspirateur…. Gros bisous à tous les trois.

    Répondre
  • 20 décembre 2015 à 3 h 49 min
    Lien Permanent

    Bonjour,
    On avait laissé les grottes de marbre, mais vu les lupins, sans avoir remarqué l’odeur…
    bon! c’est peut être le voyant qui était en panne…
    En tout cas , en remontant , le temps va s’améliorer c’est sur,
    Bonne suite
    Christian et Armelle

    Répondre
  • 23 décembre 2015 à 11 h 10 min
    Lien Permanent

    Aspirateur: Check! Il est sur la liste du Père Noël hi hi. Bisous

    Répondre
  • 25 décembre 2015 à 14 h 30 min
    Lien Permanent

    La visite des grottes donne envie ! Heu sinon mis a part le filtre à huile, le filtre à air n’est pas aussi colmaté ? 😉 🙂 Dsl il le fallait …. hihi allez courage je compatis pour la poussière, j’en ai pas autant dans le camion mais je compatis hahah désolé Jérôme tu vas devenir comme moi….. maniaque ! lol Bise à vous

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *