Bienvenue chez les (chtis) chilotes !

Ile de Chiloe

 

Jusqu’à présent nous n’avions entendu parler de l’île de Chiloe qu’avec des superlatifs : superbes paysages, magnifiques églises en bois, délicieuse gastronomie, pluie de fous… Difficile de passer à côté de cet incontournable du Chili !

 

Et puis voilà … C’est toujours pareil … Quand on a entendu trop d’éloges sur un endroit, on risque une déception. Si ce n’est pas totalement le cas, en revanche, nous ne ferons pas partie de ceux qui en parleront avec des trémolos dans la voix (et la météo n’y est pour rien). Pour être honnête, le choc a même été assez rude après les 15 jours passés sur la Carretera Australe into the wild. Nous débarquons sur une île assez densément habitée, traversée par une large « route 5 » goudronnée sur laquelle la circulation peut être dense (voire très dense aux abords de Castro). Si les paysages sont beaux, ils sont quand même plus banals que ceux des Aysen, les très nombreux élevages de poissons qui s’intercalent entre chaque île de l’archipel enlaidissant beaucoup les perspectives maritimes. Quant aux églises … la plupart sont fermées.

 

 

 

 

Alors, c’est nul Chiloe ? Pas du tout ! Et il y a même plein de choses que nous avons appréciées au cours de nos 5  jours de séjour, mais il vaut peut-être mieux visiter cette île avant la Carretera Australe, plutôt qu’après !

 

 

C

 

 

 

Tiens ! Il pleut !

 

De Chaiten, il faut 5 heures de ferrry pour se rendre à Chiloe. 5 heures sur le Pacifique. J’en suis malade avant même d’embarquer ! Le ciel noir et le vent fort de ce matin-là renforcent mes craintes. On va être secoués, c’est sûr ! Je vous préviens les gars qu’il vaut mieux ne pas s’asseoir à côté de moi ! Calée dans mon fauteuil, la ligne d’horizon droit devant, je me dis que 5 heures ça passe vite ! Ben … pas tant que ça ! Heureusement que nous pouvons un peu discuter avec André et Marie-Claude un couple de français rencontré à bord … Je suis verte, blanche, translucide … Nous arrivons ! Ouf ! Même pas vomi (bis) ! De l’air que je respire un peu !  Non … de l’eau ! Mais cette fois, de l’eau de pluie ! Quand nous accostons à Chiloe il pleut si fort qu’on dirait que des sceaux d’eau nous sont jetés à la figure ! On se croirait dans « Bienvenue chez les chtis » quand Kad Merad passe le panneau « Nord- Pas de calais » !! Elle était donc vraie cette rumeur sur le climat Chilote ?!! Et c’est tous les jours comme ça ? (non, heureusement !)

 

 

 

Après une nuit bruyante à Chonchi,  petit port de pêche, nous partons à l’assaut du parc naturel de Chiloe. Sympa sans être extraordinaire. Notre tenue de combat ? Vestes imperméables, pantalons de K-way et bonnets. Il faut ce qu’il faut pour s’abriter des averses.

 

 

8

Des nuages noirs qui viennent de l’ouest colorent la terre, les lacs, les rivières …

79

 

 

Si quelqu’un se moque, je lui offre la même tenue  ! Derrière nous, le pacifique rugit. Devant nous, le ciel est sur le point de nous tomber sur la tête ! Encourageant hihi !

 

 

 

 

Bienvenue au pays des maisons colorées !

 

 

 

 

Parmi les trucs sympas de Chiloe, il y a les jolies maisons colorées sur pilotis. Ici à Castro.

 

16

 

 

Mais pas seulement ! Il y a aussi les églises qui, à l’extérieur, semblent tout droit sorties d’un Disney, mais qui sont à l’intérieur très sobres.

 

21

23C

 

 

Et puis … les marchés … Ah ! Enfin des marchés ! C’est bon d’en retrouver. Nous n’en  avons plus croisés depuis le nord de l’Argentine ! Enfin des produits frais et locaux ! Enfin du poisson et des coquillages ! Miam !

 

 

32

30

25

31

 

 

L’ambiance marine est également chouette. Ici à Dalcahue.

 

 

43

 

 

 

Noël au soleil, c’est possible ?

 

 

Oui ! Le 24 décembre au soir, loin, très loin, des « Noëls superproductions » qui se jouent en France, nous embarquons pour une île de l’archipel, Quinchao. Nous passerons le réveillon tous les 3 dans une ravissante petite ville aux maisons très colorées.

 

 

51

 

 

Après notre modeste mais bon repas (on a finalement troqué la dinde congelée pour du saumon sous diverses formes, des légumes frais, des fraises et des biscuits fourrés aux framboises et groseilles fraîches), je tente la messe de minuit dans une église vert pomme.  On va voir si ça colore un peu l’ambiance !!

 

 

44

 

 

J’y vais seule, car Jérôme prétexte qu’un protestant n’est jamais le bienvenu chez les cathos. Tu parles, bonne excuse ! Dommage pour lui car les chansons entonnées sont parfois des adaptations de vieux tubes internationaux des années 70 ! J’hallucine d’entendre une chanson de Simon & Garfunkel version « messe de minuit » ! L’ambiance est tellement cool qu’à un moment je me demande même si je ne me suis pas trompée d’église et si je suis bien chez les cathos ! Le doute est cependant levé quand le curé se lance dans un long sermon anti-avortement … C’est de circonstance : si la Vierge Marie avait avorté, pas de petit Jésus !

 

Pour Charles la grande question est évidemment de savoir si le père Noël saura où le trouver … Il est pas bête ce père Noël … Au matin du 25 il a livré quelques cadeaux au bon endroit. Et c’était pas facile de nous débusquer car on dormait au milieu d’herbes hautes dans un pré !!

 

 

 

Pour nous rien, il n’a rien apporté … Même pas mon aspirateur …! Tant pis ! On voudrait juste qu’il fasse beau le jour de Noël ! Après dissipation des brumes matinales (comme dirait Evelyne Délia), notre vœu est exaucé. Noël à la plage ! Et en plus, nous sommes de nouveau seuls au monde. Le rêve  …

 

 

56

60

59

 

 

Au bout de l’île, nous rencontrons deux jeunes qui assurent la surveillance des élevages de saumon. Comme ils s’ennuient comme des rats crevés, ils nous proposent un tour en bateau pour observer les lions de mer qui dorment sur une barge non loin du rivage. C’est parti !! Charles s’amuse comme un fou ! Nous aussi !

 

 

61

 

6467

 

 

Au retour de la balade en bateau, des dauphins passent devant nous.

 

 

71

 

 

Chouette journée de plage avec pour fond visuel les Andes enneigées !

 

 

72

 

 

Au bout de 5 jours sur l’île, nous décidons de reprendre la route vers le continent après une dernière halte au « monument national  des pingouins ». Il ne va pas tarder à pleuvoir et pourtant l’endroit est bondé de monde.  Au revoir Chiloé !

 

73

P1110489

 

7 pensées sur “Bienvenue chez les (chtis) chilotes !

  • 29 décembre 2015 à 8 h 29 min
    Lien Permanent

    Coucou . Super Noel loin de Provence, les paysages sont encore exceptionnels.
    JOYEUX ANNIVERSAIRE pour Jérome, tu es sur cette fois que ta famille ne va pas débarquer la galette a la main.. Bisous a vous trois.

    Répondre
  • 29 décembre 2015 à 18 h 24 min
    Lien Permanent

    Oh ! Punaise les coquillages là-bas sont dopés !! Bon Noël et bon anniversaire au Chef !! 😉
    Bises

    Répondre
  • 30 décembre 2015 à 10 h 24 min
    Lien Permanent

    C’est bien Jérôme, tiens bon, pas de messe même à Noël loin de tout….l’histoire est partout la même et cela dure depuis des siècles !!!!
    BON ANNIVERSAIRE …avec le plus beau cadeau que tu aies reçu me semble t’il !!!

    Répondre
  • 2 janvier 2016 à 15 h 46 min
    Lien Permanent

    bonne année 2016 à tous les 3 !!
    Nous vous souhaitons une année pleine de bonheur ! Je t’envoie un mail très vite pour te raconter nos aventures monégasques !
    Gros bisous

    Répondre
    • 2 janvier 2016 à 21 h 33 min
      Lien Permanent

      Super j’attends ça avec impatience ! Excellent année à tous les 3 !

      Répondre
  • 2 janvier 2016 à 20 h 22 min
    Lien Permanent

    Belle et heureuse année 2016 pleine d’aventures et de découvertes !

    Bises

    Répondre
    • 2 janvier 2016 à 21 h 32 min
      Lien Permanent

      Merci Delphine ! Très bonne année à toi aussi et pas trop de boulot surtout hihi bises!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *