De Charles à ses copains (2) : retour sur la Bolivie

Comme le mois dernier, et comme promis à Laurence, la maîtresse des grandes sections (Laurence, si vous nous lisez, nous avons besoin de votre adresse mail), voici un petit résumé de ce que j’ai aimé ces dernières semaines ! Si vous voulez agrandir les photos, cliquez dessus ! Je vous avais parlé de la Bolivie, nous y sommes restés quelques semaines supplémentaires, avant de repartir en Argentine.

 

Mon coup de cœur a été pour le Salar d’Uyuni en Bolivie !

 

Il faut vous imaginer une immense étendue de sel, grande comme deux départements français, et qui abolit complètement toute notion de distance ! Les montagnes qui l’entourent sont à plus de 100 kms et pourtant, on croirait pouvoir les toucher du doigt ! Incroyable !

 

 

La lagune « ojo del inca »

 

J’ai beaucoup aimé aussi la lagune del « ojo del Inca » (« œil de l’inca ») toujours en Bolivie. Il s’agit d’un petit volcan dont le cratère est rempli d’eau chaude. On peut s’y baigner au milieu de splendides montagnes.

 

DSC_0448

 

J’ai aussi adoré les paysages qui forment des sculptures en pierre

Sud Lipez

 

Des villes en altitude

 

J’ai été très impressionné par l’altitude. En France, nous n’y sommes pas habitués. En Bolivie, sur l’Altiplano, on vit généralement à plus de 3500 mètres. Nous sommes allés dans la ville de Potosi qui est la grande ville la plus haute du monde puisqu’elle est située à 4060 mètres au-dessus du niveau de la mer ! On avait tous un peu le mal des montagnes !

 

 

Des boliviens un peu différents de nous

 

En Bolivie, les gens sont assez différents de nous. Ce sont très souvent des descendants des indigènes qui vivaient là avant la conquête espagnole au 16ème siècle. Ils portent encore des habits traditionnels boliviens. Les bébés sont portés dans le dos par leurs mamans qui ont souvent beaucoup d’enfants (8, 10, 12 …). C’est superbe à voir !

 

 

Le marché en Bolivie

 

Pour faire les courses aussi, les choses sont différentes. Les supermarchés n’existent pas. Il faut donc se rendre soit dans de toutes petites épiceries (il y en a partout et elles sont toujours ouvertes), soit au « marché central » qui regroupe tous les marchands. C’est très amusant à visiter et on y trouve absolument tout !

 

 

Les maisons

 

En Bolivie, sur l’Altiplano, les maisons sont souvent en adobe (terre) et assez modestes. Elles ne sont généralement pas chauffées même en hiver, hormis par la cuisinière à bois. En ville, en revanche, il arrive que l’on trouve des maisons beaucoup plus sophistiquées de type « colonial », comme à Sucre, la capitale constitutionnelle de la Bolivie.

 

 

Les routes

 

Pour se déplacer il faut emprunter des routes et des pistes souvent très dangereuses. Ce sont des routes de montagne très sinueuses ou des pistes en très mauvais état. On a vu beaucoup d’accidents ! Notre fourgon s’est même enlisé sur un piste. On a dû demander à une voiture de nous sortir des « sables mouvants ».

Souvent les boliviens n’ont pas de voiture à eux alors ils se déplacent à dos d’ânes, en camion ou en petite fourgonnette qu’on appelle des « colectivos » et dans lesquels tout le monde s’entasse.

 

 

A bientôt tout le monde ! J’embrasse bien fort mes copains et copines et toutes les maîtresses et les ATSEM de l’espelido  ! Vous me manquez beaucoup !

 

Charles

2 pensées sur “De Charles à ses copains (2) : retour sur la Bolivie

  • 12 octobre 2015 à 20 h 35 min
    Lien Permanent

    Le marché est bien une chose que je visiterais bien !!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *