Partir c’est crever un p(n)eu !

Salta, Termas Reyes

 

 

En panne, désespérément en panne …

Nous voici de nouveau sur les routes depuis notre panne de la semaine dernière.

Enfin … façon de parler car nous ne sommes pas allés très loin. En effet, la vie nous donne de nombreuses occasions d’apprendre un peu plus tous les jours et nous en profitons pleinement !! :mrgreen:

En arrivant en Argentine, nous avions rencontré un français vivant ici depuis une bonne vingtaine d’années qui nous avait donné 3 bons conseils :

1) En Argentine, il ne faut rien prévoir (pour tout un tas de raisons : météo, état des routes, risques de mouvements sociaux, etc, etc)

2) Il faut faire attention à l’état aléatoire des routes et à la conduite improbable des argentins (dans l’est les gens conduisent comme des tarés : en quelques jours on a vu au moins 4 accidents graves et des dizaines d’animaux écrasés jonchant le bord des routes…)

3) Les argentins des villes ne sont pas les argentins des champs !

 

Après 15 jours passés à parcourir le nord du pays, force est  de constater que ces conseils étaient particulièrement avisés !

En effet, si les argentins des campagnes sont d’une grande gentillesse, très affables et serviables au sens noble du terme, ceux des villes ont très bien intégré que l’étranger est – au mieux – une vache à lait – au pire- une proie facile. Nous n’avons donc pas été surpris outre mesure qu’en plein après-midi à Salta, dans une rue passante et gardée, quelqu’un ait tenté de forcer la serrure de la porte passager du fourgon. Heureusement, notre système de double fermeture a très bien fonctionné et le voleur n’a pas pu entrer dans le véhicule. Nous n’avons pas non plus été étonnés que des argentins des champs nous viennent une nouvelle fois en aide de façon spontanée, quand, samedi en fin d’après-midi, le second roulement arrière du véhicule s’est à son tour cassé.

Ah oui ! Je ne vous avais pas dit ??? Le second roulement arrière  a lui aussi rendu l’âme. Je vous vois ricaner derrière vos ordis – et vous aurez raison – penser « qu’à changer le premier, il aurait fallu changer l’autre en même temps » et patati et patata … mais Wagner l’avait vérifié mardi et rien ne laissait entendre que celui aussi allait se briser net  sans prévenir.

Encore une fois, nous avons eu de la chance car le roulement s’est cassé non sur la courte piste de montagne que nous avons parcouru juste avant, mais à l’entrée d’un village. Il est actuellement de nouveau au garage … 😕

 

 

 

Bref, malgré la colère d’être en panne sur des pièces neuves, nous apprenons à ne rien prévoir, à écouter les conseils, à patienter et à faire contre mauvaise fortune bon coeur  :mrgreen: !!

 

Y a pas que des galères non plus !

 

Faire contre mauvaise fortune bon coeur n’ est cependant pas trop difficile car derrière les problèmes se cachent souvent des trésors. Par exemple, nous sommes entrain de patienter dans une jolie chambre d’hôte où nous retrouvons un peu de confort, dans un mignon village proche de piscines d’eau thermale à 35° dont nous avons bien profité.

 

P1050553

Au pied des Andes … province de Jujuy

 

 

Vendredi et samedi, nous avons aussi eu l’opportunité de visiter la ville de Salta, qui compte comme l’une des plus jolies d’Argentine. Et de fait, c’est une belle ville ! Photos !

 

 

P1050462

Cathédrale de Salta

 

Et puis, magie du voyage, au beau milieu d’un resto où nous n’avions pas prévu de manger initialement, des voyageurs au très long cours que nous ne connaissions pas se sont assis par hasard à la table à côté de la notre …

Très belle rencontre de Bruno, Murielle et Kendra, voyageurs Martiniquais qui sont partis pour de longues années (http://babken.fr) et nous ont donné plein de bons conseils, dont celui de les rejoindre au beau camping municipal de Salta (le premier camping argentin ne ressemblant pas à un squat que nous faisons) !

Excellente soirée autour d’une parilla et nouveaux copains pour Charles et nous !

 

 

En plus d’être correct, le camping de Salta présente la spécificité d’avoir une piscine (vide en hiver) d’un hectare ! On aurait voulu voir ça en été !!

 

 

 

Comme vous le voyez, on garde le moral en dépit du stress et des frais salés de réparation dont nous nous serions bien passés !

4 pensées sur “Partir c’est crever un p(n)eu !

  • 3 août 2015 à 18 h 32 min
    Lien Permanent

    Quelle belle rencontre !! Adorable ! ça fait envie !
    <3 boussa

    Répondre
  • 3 août 2015 à 22 h 59 min
    Lien Permanent

    Allez, courage 😉 et merci au roulement d’avoir cassé car sans ça, pas de rencontres formidables !!
    Bonne continuation. Bisous

    Répondre
  • 4 août 2015 à 13 h 01 min
    Lien Permanent

    Eh bé, quels débuts difficiles, je ne voudrais pas dire, on ne dit pas.. jamais 2 sans 3, du bol il n’y a que 2 roulements à l’arrière… bon allez je ne vais pas vous porter la poisse mais après, vous serez tranquille 🙂 Dans tous les cas, faites attention à vous, gros bisous à vous 3 et à très bientôt pour vous lire, j’ADORE ! Je ferais lire ce soir à Steph, là je vais reprendre le boulot 😉

    Répondre
  • 4 août 2015 à 22 h 36 min
    Lien Permanent

    Ha ben voila, lol en cherchant on l’a eu notre deuxième panne ! Pourtant quand on change un roulement Jérôme tu le sais faut changer l’autre …. Bon au moins vous avez vu une belle piscine 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *